Devenir propriétaire de sa résidence ou investir dans l’immobilier locatif fait partie des objectifs de nombreux Français. Une tendance qui s’étend à toutes les catégories socio-professionnelles. Les résultats d’une récente étude sur l’évolution de l’accès à la propriété des cadres français au cours des dix dernières années ont permis de constater que le pouvoir d’achat immobilier de ces professionnels s’est nettement amélioré.

La flambée des prix compensée par les conditions d'emprunt toujours exceptionnelles

La dernière décennie a été marquée par la hausse quasi continue des prix de l'immobilier, en particulier dans les grandes métropoles.

Toutefois, pendant cette même période, la banque centrale européenne a décidé d'adopter une politique monétaire ultra-accommodante.

Ce qui a permis aux établissements prêteurs de se refinancer à moindre coût auprès de la BCE et donc de réduire considérablement le taux d'intérêt qu'ils appliquent sur leur prêt immobilier.

L'emprunt immobilier étant désormais utilisé par les banques comme un simple produit d'appel, les conditions d'octroi pour ce type de crédit se sont considérablement assouplies.


Conjuguées à la hausse des salaires, ces conditions de financement exceptionnelles ont contribué à compenser l'envolée des prix et améliorer le pouvoir d'achat immobilier des cadres.

Les cadres nîmois sont les mieux lotis

Saint-Étienne, Le Havre, Clermont-Ferrand, Dijon ou encore Le Mans peuvent être logés à la même enseigne, mais Nîmes reste l'agglomération où le pouvoir d'achat immobilier des cadres a le plus progressé.

Les tarifs y ont connu une évolution plus lente que la moyenne et la revalorisation salariale de ces professionnels y a été conséquente. Dans ces conditions, il semble logique qu'ils soient en mesure de se positionner sur un bien immobilier plus grand.

Avant de recourir à un comparateur assurance habitation, les cadres supérieurs à Nîmes ont dû consulter les comparateurs de prêts immobiliers pour constater à quel point leur pouvoir d'achat a pu évoluer en dix ans.

Les Parisiens ne sont pas en reste

Paris traîne une réputation de ville chère. Mais sur la période étudiée, les cadres supérieurs parisiens ont pu s'offrir 12 mètres carrés supplémentaires (34 mètres carrés en 2012, 46 mètres carrés en 2022).

Néanmoins, la capitale semble de plus en plus réservée aux plus fortunés. En effet, devenir propriétaire d'un logement à Paris est aujourd'hui difficile, voire impossible, pour les employés et les ouvriers.