Sur le marché de l’immobilier résidentiel dans la région francilienne, les loyers et les prix flambent. Cependant, des disparités ont été constatées. Celles-ci concernent par exemple Paris. Entre les 2e et 3e trimestres 2021, les loyers ont crû de 7,6 % dans le 2e arrondissement. En revanche, ils ont baissé de 5,3 % dans le 7e.

Dans le marché immobilier, les loyers sont restés stables en Seine-et-Marne entre les 2e et 3e trimestres 2021. Durant cette période, les tarifs s'établissaient en moyenne à 16 euros le mètre carré, rapporte le réseau immobilier indépendant Casafari.

Dans les autres départements de la région francilienne, les prix ont tous augmenté. L'évolution la plus notable a été relevée en Essonne, où les loyers s'élèvent à 17 euros/m² (+6,3 %). Ensuite, l'on trouve Paris et le Val-d'Oise, avec une hausse de 5,9 %. Dans ces deux collectivités, les prix locatifs sont respectivement fixés à 36 et 18 euros par mètre carré.

La Seine-et-Marne voit ses prix de vente se stabiliser

En matière de vente, les mêmes observations ont été faites. À part dans la Seine-et-Marne, les coûts ont augmenté dans toute l'Île-de-France. Les plus fortes variations ont été remarquées dans les Hauts-de-Seine (+8,2 %) et le Val-de-Marne (+8,4 %).


Pour les maisons individuelles, il faut compter 225 595 euros en moyenne en Seine-et-Marne. Dans les Hauts-de-Seine, les tarifs montent à 856 997 euros. Par rapport aux appartements, les biens seine-et-marnais se négocient à peine à 3 543 euros/m². Ceux des Hauts-de-Seine reviennent à 4 615 euros plus chers. Pour modérer ce prix, les acheteurs peuvent couvrir leur propriété avec une assurance habitation pas cher.

Dans la ville de Paris, dans le secteur de la location, le directeur France de Casafari, Maxime Hueber note :

Le loyer mensuel moyen est en hausse de 5,9%, à 36 €/m². Tous les arrondissements voient leurs loyers progresser entre les 2e et 3e trimestres, à l'exception des 13e et 20e où ils sont restés stables.

L'accroissement le plus considérable a été remarqué dans le 12e arrondissement, avec +11,5 %. Dans ce secteur, les loyers mensuels ont connu une hausse de 3 euros pour grimper à 29 euros/m². Dans le 1er arrondissement, ils sont passés à 44 euros (+7,3 %).

Les arrondissements du centre restent les moins accessibles à Paris

Concernant les ventes, les prix à Paris ont augmenté de 6,2 % en moyenne dans la même période de référence. Dans la Ville Lumière, affirme Maxime Hueber, le 3e trimestre s'est clôturé sur un prix/m² de 12 298 euros en moyenne. Néanmoins, il ajoute :

[…] Cela ne doit pas faire oublier un marché très contrasté : 16 007 €/m² dans le 6e arrondissement et presque la moitié moins, 9 523 €/m², dans le 19e.

Les 18e et 2e arrondissements affichent les plus importantes progressions avec respectivement 5,1 % et 7,6 %. Dans ces quartiers, les prix se situent à 10 757 et 13 627 euros par mètre carré. S'agissant des régressions les plus frappantes, elles ont été aperçues dans les 7e et 6e (-5,3 % et -4,3 %). Toutefois, ces secteurs demeurent les plus onéreux de Paris. Maxime Hueber commente que comme ceux localisés à l'ouest de cette ville :

Les arrondissements centraux […] continuent d'afficher les prix les plus élevés.