Alors qu’autrefois elle faisait l’objet de toutes les convoitises, la région Ile-de-France semble désormais être celle que l’on cherche à tout prix à fuir. Le confinement n’y est sans doute pas étranger puisque, d’après les nombreuses études menées, les Français aspirent dorénavant à de plus vastes espaces, verdoyants et surtout loin de la cohue des grandes villes.

Cap sur la Normandie !

Des professionnels de l'immobilier se sont penchés sur les nouvelles attentes des ménages en matière de logement. Il en ressort que Paris et, plus globalement, la région Ile-de-France ne font plus rêver. Il faut dire que passer les périodes de confinement dans des appartements exigus et sans espaces extérieurs a été loin d'être idéal.

D'où cet attrait pour la province et surtout pour les régions où il fait bon vivre. En plus, le déménagement, même vers une région lointaine, est permis avec l'avènement du télétravail.

En scrutant de plus près les recherches effectuées par les aspirants à la propriété, une région semble sortir du lot. Il s'agit de la Normandie, une destination particulièrement prisée par les Franciliens. D'après les chiffres communiqués, cette région a concentré dernièrement 2 % des recherches menées dans l'Hexagone en 2020. Le nombre de Franciliens intéressés par une acquisition dans cette zone a augmenté de +61 %.


Outre la Normandie, les habitants d'Ile-de-France semblent avoir jeté leur dévolu sur le Centre-Val-de-Loire ou encore sur la Bourgogne-Franche-Comté.

Las de la vie parisienne

Son étiquette de « plus belle ville du monde » n'aura donc plus suffi à retenir les habitants de Paris. Ces derniers, échaudés par l'isolement durant le confinement ainsi que le coût élevé de la vie dans la capitale, sont désormais à la recherche d'un coin paisible où acquérir une maison individuelle, sans se ruiner en assurance habitation et autres charges onéreuses, si nombreuses dans la Ville Lumière.

Néanmoins, nombreux sont les Parisiens qui ne sont pas vraiment disposés à quitter leur région et cherchent à s'établir en grande couronne, si possible. Mais les habitants de la capitale ne sont pas les seuls à être autant attachés à leur région d'origine. Par exemple, 55,26 % des habitants des Hauts-de-France souhaitent déménager sans changer de région.