L’attrait grandissant des Français pour l’espace et la verdure se confirme dans le rapport de conjoncture des notaires du Grand Paris paru en avril dernier. Si les prix des appartements parisiens ont tendance à stagner, les maisons s’arrachent dans toute la région, et les tarifs affichés pour leur vente connaissent une hausse exponentielle. Cependant, si les prix ont flambé en zone périphérique, leur progression varie d’un département à un autre.

Une hausse de +6,3 % sur l'ensemble de la région

Selon les notaires, le prix moyen des maisons en Ile-de-France a bondi de +6,3 % sur un an, entre le trimestre décembre 2021-février 2022 et la même période un an auparavant.

La hausse des prix des appartements est plus timide sur le même intervalle de temps (+0,5 %). Si le repli est de -1,2 % dans la capitale, les prix restent stables en périphérique.

Ces taux de progression traduisent une perte d'attractivité des grands centres urbains au profit de la banlieue où les tarifs des maisons poursuivent une tendance haussière.

Ce mouvement va se prolonger d'après les estimations des notaires en se basant sur les avant-contrats signés auprès leurs études sur le trimestre mars-mai 2022. Ils tablent ainsi sur une augmentation tarifaire annuelle de +6,7 % sur cette période.

Concernant les appartements, leurs prix vont rester inchangés en banlieue et même diminuer dans la capitale (-2,4 % sur un an).

Ces évolutions contrastées s'expliquent par le fait qu'au cours des 25 dernières années, les prix des appartements franciliens ont progressé plus vite que ceux des maisons.

Le marché des assurances immobilières profite aussi des transactions conclues. Après l'acquisition de votre nouveau logement, vous pouvez effectuer une simulation assurance habitation en ligne pour trouver le meilleur contrat.


La Grande Couronne affiche les prix les plus élevés

Les chiffres des notaires du Grand Paris mettent en évidence que l'envolée des prix des maisons est plus marquée dans la Grande Couronne (+6,6 %) que dans la Petite Couronne (+5,7 %).

La Seine-et-Marne se démarque avec une flambée spectaculaire des prix au mètre carré sur douze mois.

Pour devenir propriétaire d'un pavillon dans cette zone, il faut désormais prévoir en moyenne 272 900 euros. La progression des prix est plus modérée dans les Hauts-de-Seine (+5,3 % sur un an).