Au Royaume-Uni, les transactions se sont succédé sur le marché immobilier après le confinement. Durant le mois de juillet 2020, les compromis de vente signés se sont chiffrés à 37 milliards de livres. Il s’agit du volume le plus important enregistré depuis plus d’une décennie, comme le révèle le site d'annonces Rightmove. Néanmoins, cette tendance ne concerne pas Londres.

Depuis la fin du confinement, les habitants de Londres ont entamé un exode vers d'autres régions du Royaume-Uni. Ce phénomène est notamment favorisé par l'essor du télétravail qui a été instauré dans le but d'endiguer la propagation du Covid-19. Impliquant de nouveaux risques pour les employés, cette pratique nécessite la souscription de toutes sortes de couvertures. Par exemple, il faut opter pour une garantie spécifique pour son matériel personnel si l'assurance habitation ne le couvre pas.

L'afflux de potentiels acquéreurs en province y entraîne l'augmentation des tarifs sur le marché de l'immobilier. De son côté, la capitale connaît une chute des prix d'après une étude réalisée par Rightmove.


Pourquoi les ventes se sont-elles multipliées depuis la fin du confinement ?

En juillet dernier, le site d'annonces Rightmove a constaté le plus important nombre de ventes au Royaume-Uni depuis qu'il a entamé des études mensuelles concernant le marché immobilier. La multiplication des transactions est assez inattendue. En effet, elle est survenue en plein été, une période durant laquelle les vacances sont généralement privilégiées.

Selon Rightmove, ce dynamisme est lié à l'application d'un moratoire sur la taxe immobilière dès lors que les transactions portent sur des propriétés dont la valeur n'excède pas 500 000 livres. Cette mesure a été annoncée par Rishi Sunak, le ministre des Finances britannique, en juillet. Elle s'inscrit dans le cadre d'un plan de relance gouvernemental.

En outre, le marché immobilier est boosté par un effet de rattrapage. Concrètement, il a été impacté par les incertitudes engendrées par le Brexit ces dernières années. En effet, celles-ci ont poussé nombre de potentiels acquéreurs et de propriétaires à reporter l'achat ou la vente d'un bien.

Les acheteurs font l'impasse sur Londres

À Londres, la vie coûte cher. Par ailleurs, les transports en commun sont habituellement bondés. Il s'agit des principales raisons pour lesquelles les habitants décident de quitter la capitale au profit de la province. Selon Rightmove, ils espèrent y trouver une meilleure qualité de vie et un logement plus spacieux. L'un des dirigeants du site d'annonces, Miles Shipside, note :

Plus encore qu'un simple rattrapage de la demande après la suspension des transactions immobilières pendant le confinement, il y a une demande supplémentaire à cause de gens qui changent leurs priorités après l'expérience du confinement.

L'exode des habitants de Londres provoque une baisse des prix s'établissant à 2 % sur le marché de l'immobilier local. Partout ailleurs en revanche, les tarifs augmentent. Des hausses record ont été observées dans 7 régions, en particulier dans le sud-ouest du pays (le Devon et les Cornouailles).