Depuis la fin du confinement, certains départements sont pris d’assaut par les citadins en quête d’espace et de proximité avec la nature. Et tout naturellement, comme la demande immobilière augmente, la flambée des prix dans le secteur est quasi systématique. Le 35 ne fait pas exception à la règle. Curieusement, le marché est essentiellement animé par les acquéreurs locaux. Ils se tournent majoritairement vers le littoral breton, mais également vers des villes comme Rennes ou Cesson-Sévigné.

Des hausses de prix à deux chiffres

Pendant le confinement, les ménages ont ressenti un fort besoin de déménager. Cela est d'autant plus vrai pour les citadins qui ont été enfermés pendant plusieurs mois dans des appartements exigus, sans terrasse ni balcon.

Certes, un déménagement implique de nombreuses contraintes. En effet, quitter un endroit devenu familier n'est jamais simple, car cela signifie que l'on va devoir s'approprier son nouveau chez soi.

Sans compter qu'il faut parfois prévoir un budget conséquent pour financer l'achat du nouveau logement, et même procéder à la résiliation assurance habitation pour en souscrire une nouvelle. Toutefois, les Français sont bel et bien décidés à concrétiser leur projet et ne risquent pas de se décourager pour si peu de chose.


Ainsi, l'Ille-et-Vilaine fait partie des départements qui ont enregistré un nombre important de nouveaux propriétaires au cours de ces derniers mois. Le marché immobilier y a connu un dynamisme sans précédent, lequel se traduit par un nombre record de transactions, mais surtout par une hausse spectaculaire des prix.

Pourtant, le marché est animé essentiellement par les acheteurs locaux. 8 acquéreurs sur 10 sont originaires du département. À titre de comparaison, seulement 15,7 % des acquéreurs viennent de la région francilienne.

L'affluence des candidats à l'acquisition fait flamber les prix. Sur un an, certaines villes ont vu leur prix du mètre carré bondir de plus de +10 %. À Rennes, par exemple, un appartement ancien est désormais affiché à 3 300 euros le mètre carré, soit de +12 % supérieur au prix observé il y a un an.

L'emballement le plus spectaculaire est constaté sur la côte notamment au Pays de Saint-Malo. Le prix du mètre carré y a progressé de +13,1 % en un an.

Où acheter ?

Pour faciliter la tâche aux potentiels acquéreurs, les professionnels de l'immobilier dans le département ont établi un classement des villes les plus chères d'Ille-et-Vilaine pour l'achat d'une maison.

Avec un prix moyen de 430 000 euros, Rennes, chef-lieu du département et de la région, n'arrive qu'en troisième position, à égalité avec Saint-Briac-sur-Mer.

Les maisons les plus chères se trouvent du côté de Cesson-Sévigné, avec un prix médian de 455 000 euros.

Saint-Grégoire est à peine plus accessible avec des maisons vendues en moyenne à 450 000 euros.

Pour ceux qui disposent d'un budget serré, l'idéal serait de se tourner du côté de Saint-Gilles où il est possible de devenir propriétaire d'une maison avec 281 000 euros.