Comme la campagne et le littoral, la montagne a aussi gagné en popularité auprès des acquéreurs immobiliers, notamment depuis l’apparition de la pandémie et les confinements qui ont suscité chez les citadins un besoin d’espace et de verdure.

Que ce soit dans le neuf ou dans l'ancien, la forte demande a fait grimper les prix, en particulier dans les lieux de villégiature. Une récente étude menée par un spécialiste de l'immobilier a révélé que les tarifs avoisinent ceux de la capitale dans le Val d'Isère.

Les Alpes du Nord et du Sud coûtent cher

Les Alpes du Nord affichent actuellement les prix immobiliers les plus élevés. Ceux-ci ont bondi de +22,7 % en trois ans, avec une hausse de +9,7 % l'an dernier.

D'après les données issues de l'étude, la flambée des prix y est plus forte que dans les métropoles sur la même période, comme Poitiers (+9,3 %) et Tours (+8,8 %).


Le Val-d'Isère (73) brigue la première place dans la liste des stations les plus chères dans cette zone géographique. Le prix moyen s'y élève à 12 660 euros/m². Les prix pratiqués par les agences et les vendeurs particuliers dépassent même ceux affichés dans certains arrondissements huppés de la capitale.

En revanche, si le marché de l'immobilier dans les Alpes du Sud reste dynamique, les prix sont pratiquement moitié moins chers que ceux dans les Alpes du Nord bien qu'ils aient grimpé de +7 % en 2021 et de +15,4 % en trois ans.

La progression est plus modérée dans les Pyrénées à +4 %. Le Massif central se démarque par des prix les moins élevés de l'Hexagone avec 2 136 euros/m².

D'après l'analyse des auteurs de l'étude, les stations savoyardes sont privilégiées à cause de leur emplacement d'une part, et de l'enneigement optimal pour les sports d'hiver d'autre part.

Les prix varient suivant certains facteurs

Les prix de l'immobilier de montagne varient en fonction de plusieurs éléments :

  • l'emplacement ;
  • la vue et la proximité des commerces ;
  • la renommée du domaine skiable ;
  • l'usage du bien (résidence principale ou secondaire, location, usage professionnel divers, etc.).

Ainsi, les résidences de tourisme sont plus abordables par rapport aux appartements neufs en copropriété classique, destinés en résidence secondaire traditionnelle.


À noter que lors de la vente d'un bien immobilier existant, le transfert du contrat d'assurance habitation du vendeur à l'acheteur se fait de manière automatique.

Concernant l'immobilier neuf à la montagne, les investisseurs se détournent du studio cabine au profit des résidences de tourisme plus spacieuses, d'après les observations d'un autre professionnel du secteur.

Un recul des transactions à la montagne

D'après le baromètre du marché immobilier à la montagne du spécialiste de l'estimation immobilière Drimki, le nombre de transactions se rapportant à des biens situés à la montagne a reculé.

Au premier semestre 2021, 395 appartements et maisons ont trouvé preneur, contre 692 à la même période de l'année dernière.

Cette baisse s'explique par la rareté de l'offre, explique Olivier Colcombet, porte-parole de Drimki.