Plus de 460 000 permis de construire auraient été délivrés au cours des douze mois passés. Le nombre de constructions lancées dépasse, quant à lui, les 387 000. Ces chiffres témoignent de la reprise des activités dans le secteur immobilier. Les professionnels mettent néanmoins l’accent sur quelques problèmes qui empêchent de retrouver les meilleurs résultats enregistrés en 2017.

Le secteur immobilier parvient progressivement à sortir de la crise causée par la pandémie de Covid-19 en France. Les chiffres communiqués par le gouvernement jeudi 28 octobre 2021 montrent une progression en comparaison avec ceux de 2020. Le niveau de croissance aurait même atteint celui de 2019, donc avant l'épidémie de Covid.

Ceci dit, ces résultats devraient être maniés avec prudence selon le président de la Fédération des Promoteurs Immobiliers (FPI). En effet, l'année 2019 serait loin d'être la meilleure référence pour le secteur. Les activités auraient été plus dynamiques auparavant. Pascal Boulanger se réfère notamment à la situation en 2017.


Les nouvelles normes de construction mises en cause

Pascal Boulanger, président de la FPI, tient compte du nombre d'autorisations et de permis délivrés pour relater ces propos. Mi-2017, environ 500 000 autorisations auraient été octroyées. Un chiffre qui serait loin de la situation actuelle. Le professionnel indique une différence d'environ 50 000 logements collectifs par rapport au rythme existant quatre ans auparavant.

Ce recul aurait plusieurs explications. D'abord, les terrains qui se feraient de plus en plus rares. Pascal Boulanger met également l'accent sur la difficulté des démarches pour obtenir un permis de construire. À cela s'ajoutent les normes de construction réduisant le nombre de logements bâtis dans l'Hexagone.

Ces obstacles seraient loin d'être nouveaux au secteur. Ils auraient été relevés depuis 2019, bien avant la pandémie. Pour ne rien arranger, les professionnels redoutent le manque de main-d'œuvre et font face à des problèmes d'approvisionnement en matières premières. Ceux-ci ont une dimension internationale et n'affectent pas uniquement l'Hexagone.

Tous ces éléments feraient entrave au développement du secteur immobilier français. Ces difficultés peuvent d'ailleurs avoir des impacts sur des marchés dépendants de l'immobilier, dont l'assurance. Un comparateur assurance habitation permettra aux utilisateurs de constater l'évolution du prix et des offres dans ce domaine.


Une subvention pour les zones tendues

Le secteur semble toutefois avoir déjà échappé à la crise et à ses répercussions au troisième trimestre 2021. Les autorités françaises auraient attribué 464 000 permis de construire au cours des douze derniers mois. Ce chiffre traduit une croissance de 15,6 % en un an. 387 600 habitations seraient par ailleurs en cours de construction. Cela équivaut à une progression annuelle de 8,2 %.

À titre de comparaison, le nombre de permis délivrés a bondi de 1,3 % sur l'année avant le premier confinement. Il s'agit des données relevées pour la période se situant entre mars 2019 et février 2020. Le nombre de constructions lancées sur cette période a, quant à lui, reculé de 0,1 %.

Le gouvernement a toutefois montré une volonté d'aider le secteur à se redresser, visant tout particulièrement les zones tendues. Ces localités seraient en effet plus frappées par les problèmes préalablement cités. Une aide financière d'un montant de 130 millions d'euros devrait être versée aux communes concernées en novembre 2021. La prime est ensuite fixée à 100 euros pour chaque mètre carré exploité. Elle est attribuée dès lors que le seuil de densité moyenne de la ville en question est dépassé.