Depuis la crise sanitaire, les Français en quête d’alternative aux produits d’épargne classiques se tournent vers l’immobilier. Ce placement étant jugé comme le plus sûr actuellement. Les acheteurs potentiels se montrent alors très intéressés par les biens situés en province, mais également ceux dans d’autres pays. On note en effet un engouement particulier pour les pays du sud, à savoir l’Espagne, le Portugal ou encore l’Italie.

Des difficultés supplémentaires pour les investisseurs

Depuis la sortie du tout premier confinement, les Français ont ressenti un fort besoin d'évasion, de changement de cadre de vie.

La plupart se sont contentés de changer de région (pour des zones un peu plus rurales et proches de la nature), tandis que d'autres ont émis des aspirations beaucoup plus ambitieuses en changeant de pays. Et pour ce faire, les pays du sud tels que l'Espagne, le Portugal ou encore l'Italie ont la cote.

Néanmoins, pour un acheteur sur deux, la propriété à l'étranger fera plutôt office de résidence secondaire. Quant à l'autre part d'acquéreurs, elle se divise en deux catégories : ceux qui se positionnent pour un logement principal (30 %) et ceux qui souhaitent investir (21 %).


Justement, en ce qui concerne les investisseurs, non seulement ils doivent se soumettre à des contraintes propres au pays dans lequel ils s'établissent, mais ils se heurtent également à plus de difficultés dans l'obtention d'un financement.

En effet, les banques (françaises, cette fois) demandent davantage de garanties pour ceux qui envisagent d'investir à l'étranger. 36 % d'apport personnel est réclamé pour les porteurs de projet souhaitant le faire en Italie. L'apport est à peine moins important pour ceux qui veulent s'établir en Espagne puisqu'il représente 33 % du montant total du projet. À titre de comparaison, l'apport personnel pour un projet en France se situe en moyenne à 13 %.

Cap sur Rome

Compte tenu des prix pratiqués dans chaque pays ainsi que les éventuelles charges, des destinations préférées des investisseurs français, l'Italie se démarque par son rendement attractif. En effet, dans une ville comme Rome où le mètre carré est encore affiché à 3 200 euros, l'investisseur peut espérer un rendement brut de 5 %.

Concernant la péninsule ibérique, Barcelone reste la valeur sure dans le pays de Cervantès avec un rendement brut de 4,5 %. Pour ce qui est du Portugal, l'inflation immobilière a ramené le retour sur investissement à seulement 3,2 %.

Outre le prix, les charges annexes ont également vite fait de rogner sur les rendements, à l'image de l'assurance. Une simulation assurance habitation est donc d'une grande nécessité avant de lancer un investissement.