La couverture des locataires concernant leur logement est un créneau encore peu exploité par les assureurs traditionnels, dont les offres afférentes à la multirisque habitation manquent quelque peu de souplesse. Et ce, au détriment des occupants temporaires. Avec son contrat sans engagement, Homebrella a su saisir les opportunités. Il faut dire que le néo-assureur a su capter ses cibles en leur proposant des solutions innovantes pour des tarifs très concurrentiels.

Les contrats de protection habitation dure généralement un an pour se renouveler tacitement à leur échéance. Les locataires temporaires, les expatriés, les étudiants et les jeunes actifs ont du mal à trouver l’assurance qui leur correspond face à cette condition pour le moins rigide. Or, la loi française impose une souscription d’assurance habitation pour toute location dont la durée dépasse 90 jours.

C’est là qu’intervient Homebrella, la nouvelle marque 100% numérique du groupe Admiral, qui vise principalement à simplifier la vie des occupants de passage grâce à ses contrats multirisques résiliable à tout moment et, qui plus est, des plus limpides.


Dans cette vision, s’ajoutent quelques petits bonus ainsi que des formules spéciales pour les colocataires. Tout cela, avec l’assurance d’une grille tarifaire stable qui ne risque pas d’être majorée tous les ans.

Une assurance combinant souplesse et simplicité

Choisir sa couverture habitation pour une courte durée ne devrait plus être difficile grâce aux offres d’Homebrella,  qui est venue tout récemment rejoindre la grande famille des assurances digitales. La nouvelle marque a, en effet, su percer dans un secteur encore mal servi jusqu’ici par les assureurs : la location immobilière.

Pour y parvenir, elle a misé sur ses tarifs qui, à la différence de ceux imposés par les établissements de renom, ne feront pas l’objet de fluctuations annuelles. Et pour cause, ses offres spécifiques pensées pour les locataires lui mettent à l’abri des lourdes charges occasionnées par l’indemnisation des propriétaires à la suite de catastrophes naturelles.

Homebrella veut aussi séduire par la simplicité de son modèle d’assurance. De fait, le néo-assureur est à cheval en ce qui concerne la facilité de parcours de sa clientèle. Pour ce faire, elle lui offre :

  • Un choix facile en ne proposant que deux formules, dont une plus économique et une autre plus complète incluant des garanties de vol, de vandalisme et de bris de glace ; 
  • Une récapitulation des garanties sur une représentation graphique schématique afin d’aider à la compréhension ; 
  • Une intelligibilité des termes utilisés dans les conditions générales.

Mais c’est de l’absence d’engagement que l’enseigne veut faire son fer de lance. Le fait est qu’en assouplissant la multirisque habitation, elle pourra aisément attirer les étudiants et jeunes actifs de 18 à 34 ans qui se trouvent être ses principaux cibles. Ainsi, ses contrats peuvent être résiliés à tout moment, comme le précise son dirigeant, Henry Leitzinger :

« Aucun préavis n’est à respecter et inutile d’envoyer une lettre recommandée, la résiliation pouvant être effectuée par mail, sur les réseaux sociaux ou par notre chat ».

Un service hors-pair où tout le monde a sa part

« Simplifier le parcours d’assurance des étudiants, jeunes actifs, expatriés et locataires temporaires et au-delà, leur proposer des services complémentaires ».

C’est la devise de Henry Leitzinger qui se trouve actuellement à la tête de Homebrella. Joignant la parole à l’acte, l’établissement est aux petits soins pour ses adhérents en leur accordant des bonus, à savoir :

  • Un versement de 60 euros de main-d’œuvre dans le mois suivant la souscription, dédiés aux petits travaux tels que la peinture, les accrochages, etc. ; 
  • Deux heures de ménage tous les ans.

Et les colocataires ne sont pas en reste dans cette initiative. En effet, plusieurs solutions leur sont réservées, entre autres la possibilité de ne couvrir que leur seule chambre ou, le cas échéant, de souscrire une assurance groupée.

Quant aux expatriés, ils jouissent aussi de leur propre privilège grâce à une souscription qui est réalisable entièrement dans une langue universelle : l’Anglais.