À l’issue du confinement, les professionnels de l’immobilier ont constaté un véritable engouement pour les appartements spacieux de type T2 ou T3. Pourtant, d’habitude, les locataires plébiscitent surtout les deux-pièces et les studios. Ainsi, une grande tension est apparue sur ces catégories de biens dès le redémarrage des activités sur le marché locatif.

Le confinement a été un facteur déclencheur pour de nombreux souscripteurs d’assurance locataire. En effet, ils se sont rendu compte de l’importance de la surface de leur lieu de vie en restant bloqués chez eux durant près de deux mois. Ainsi, les Français privilégient désormais les logements disposant de plus de surface.

Cette nouvelle tendance se traduit notamment par une hausse de 52 % du nombre de visites par jour et par logement pour les deux-pièces. La progression atteint même 65 % pour les appartements comptant trois pièces. Les exigences en matière de confort tendent également à être plus élevées, comme le constatent les acteurs du secteur.

Des locataires pressés d’emménager avant les vacances

Selon les professionnels de l’immobilier, la tension sur le marché locatif se ressent aussi par l’augmentation du nombre de dépôts de dossiers pour chaque logement. La concurrence pour un même bien a en effet progressé de 27 % par rapport au taux moyen constaté avant le confinement.


Selon le cofondateur de Homepilot, Gilles Bourcy :

Cette augmentation montre à quel point les locataires sont pressés de faire aboutir leur projet.

Les salariés veulent emménager dans leur nouveau logement dès l’été. En effet, ils cherchent à être installés avant la rentrée. Il en est de même pour les acheteurs. Ces derniers s’efforcent ainsi de finaliser la transaction avant les grandes vacances.

Les étudiants, en revanche, ne semblent pas encore être à la recherche de logement pour la prochaine rentrée universitaire. Pourtant, ils sont habituellement très présents sur le marché locatif en cette période de l’année selon les acteurs du secteur.

Quoi qu’il en soit, tous ces profils peuvent déménager sans contrainte étant donné qu’il est possible de se déplacer sans justificatif au-delà de 100 kilomètres depuis le 2 juin 2020.

Des tendances dues au confinement

Les sociétés spécialisées en gestion locative ont constaté une forte hausse de la demande à la levée du confinement, le 11 mai dernier. Sur cette seule journée, elles ont enregistré 18 demandes en moyenne par logement. Il s’agit d’une progression de 50 % comparée au taux médian avant le confinement.

Comme l’explique Gilles Bourcy :

La forte hausse de la demande traduit un effet de rattrapage des projets locatifs qui étaient suspendus pendant le confinement. L'effet devrait s'estomper pour atteindre un niveau normal d'ici quelques semaines.

Entre-temps, le nombre de demandes de visites quotidiennes a baissé à 15 par bien. Par ailleurs, les locataires attendent souvent de trouver un nouveau logement avant de soumettre un préavis de départ. Selon les spécialistes du secteur, cette pratique est courante en région parisienne. Par conséquent, l’offre affiche généralement un retard de quelques semaines par rapport à la demande.

La tension sur les logements spacieux demeure aujourd’hui perceptible dans l’Hexagone. En somme, le confinement a fortement marqué les locataires. Cette expérience a notamment modifié leurs attentes en matière de logement. Logiquement, le marché a évolué en conséquence.