Dans le parc immobilier des villes, les biens manquent à l’heure actuelle. Ce qui engendre une pression croissante sur le marché de la location. Pour contourner ce problème à l’aube de la rentrée académique, les étudiants peuvent opter pour l’habitation intergénérationnelle pour se loger. Cette alternative procure quelques avantages, notamment sur le plan financier.

En matière de logement, la loi Elan a mis en place en 2018 le contrat de cohabitation intergénérationnelle solidaire (CIS). Un bail qui ressemble beaucoup à celui dédié à la colocation. Il permet à un senior de louer, voire sous-louer, la partie inoccupée de son habitation à un étudiant. En cas de résiliation du contrat, un préavis de 30 jours doit être respecté.

Pour conclure le CIS, quelques exigences doivent être remplies. Ainsi, celui-ci doit être établi entre un retraité d'au moins 60 ans et un jeune de 30 ans maximum. En outre, la pièce proposée doit s'étendre sur une surface de 9 m² minimum.


Une facture de moins de 600 euros en moyenne

Jusqu'en 2019, peu de Français recouraient à ce mode d'hébergement. La même année, plusieurs entreprises ont cependant vu le jour pour se positionner sur ce dernier. Une naissance favorisée principalement par le régime juridique applicable au CIS et qui concerne entre autres :

  •  Colibree ;
  •  Homiz ;
  •  Colette.

Ces sociétés mettent en relation les seniors en possession de chambres inoccupées à des étudiants. Leur but : louer les pièces à ces jeunes, et ce, à faible coût. Sur ce point, les métropoles se caractérisent par leur montant de loyer très cher. Selon une étude de Century 21, le prix à prévoir pour un petit studio parisien dépasse les 710 euros.

La cofondatrice de Colette atteste qu'une chambre chez un retraité est louée à 580 euros mensuels en moyenne. Un montant toutes charges comprises et contenant 38 euros/mois de frais de service, perçus par la société. Justine Renaudet détaille que celui-ci englobe les formalités administratives, l'accompagnement et les contrats de couverture de risques. Relativement à ce dernier élément, Colette a probablement déjà comparé plusieurs devis assurance habitation avant d'en prendre un.

Un coût moins élevé qu'avec la location classique

En même temps, aucun garant ou dépôt de caution n'est réclamé au locataire avant la signature du CIS. Justine Renaudet informe :

Nous avons souscrit une assurance loyer impayé, ainsi le senior perçoit le montant dû, même si le jeune a du retard. Cela évite tout problème d'argent et l'apparition de tensions.

Chez Colibree Intergénération, le mécanisme de fonctionnement se montre identique. La start-up verse une compensation au retraité qui héberge l'étudiant. Et son financement repose sur une partie du montant de l'indemnité (20 %), qu'elle encaisse en guise de commission. La créatrice de l'enseigne signale cependant que même en incorporant la commission, le prix demeure :

35 à 65 % inférieur à une location dans le parc immobilier privé.

Elle souligne que Colibree Intergénération propose par exemple des habitations en plein centre de la capitale. Pour des chambres à proximité de l'Université Paris Dauphine, la cadre affirme :

Finalement, le contrat le plus élevé entre un senior et un jeune s'élevait à 550 € mensuels.