D’ici deux ans, huit logements seront commercialisés à un tarif réduit de moitié grâce au bail réel solidaire. Un dispositif déjà proposé auparavant à Lille ou à Paris et qui permet à certains habitants d’accéder plus facilement à la propriété. Les Lyonnais pourront notamment se procurer un bien au prix de 2 775 euros/m2.

Construits par le promoteur immobilier Nexity, huit habitations ont été mises en vente au tarif de 2 775 euros par m2. Soit plus de 2 000 euros à 3 000 euros de moins que sur le marché. Les acheteurs feront acquisition du bâti, mais seront locataires du foncier. À ce titre, ils verseront une redevance mensuelle de 1,5 euro par mètre carré à l'organisme dédié (OFS). En effet, ce dernier a obtenu la charge du fonds de terre auprès de Nexity.

Concrètement, il s'agit de biens mis en vente dans le cadre d'un BRS ou bail réel solidaire. Un dispositif qui facilite l'accès de la classe moyenne à la propriété.


Permettre à la population de devenir propriétaire

À noter que les appartements concernés par celui-ci sont affichés à un prix 50 % plus abordable que leur valeur habituelle. Pour les cinq années à venir, la Foncière solidaire du Grand Lyon espère franchir les 1 000 logements en BRS. Les travaux sont déjà en cours pour environ 250 d'entre eux, et ce, particulièrement dans La Part-Dieu, à Lyon.

Dans le cadre du programme actuel, l'éligibilité au dispositif est soumise à une condition. Seuls les ménages dont les revenus ne dépassent pas les plafonds du PSLA ou prêt social location-accession pourront s'en prévaloir. Ainsi, les ressources ne devront pas s'élever au-delà de 59 000 euros pour un foyer avec deux enfants sur Villeurbanne. Même chose pour Lyon, sa ville limitrophe. Bruno Bernard, président EELV de la Métropole explique que le dispositif BRS :

Permet à des habitants de devenir propriétaires alors qu'ils ne le pourraient pas au prix du marché.

Parallèlement, il est également possible de trouver une assurance habitation pas chère pour couvrir le bien de différents risques. Toutefois, le tarif appliqué par les compagnies y afférentes restera à son niveau normal.

Un moyen pour agir contre la spéculation immobilière

Dans le cadre du BRS, le gain de la revente est réglementé. Ce qui, selon Bruno Bernard, garantit une maîtrise des coûts dans une métropole où ils ont augmenté depuis quelque temps. En quatre ans, le Grand Lyon a notamment connu une hausse de 18 %. Dans quelques quartiers, l'inflation a été plus importante. Agnès Thouvenot prévient que le marché de l'immobilier est :

Très inquiétant pour l'équilibre social de la ville.

La première adjointe chargée de l'urbanisme et de l'habitat dans la municipalité de Villeurbanne ajoute que l'administration locale vise à l'entailler. De son côté, la DG de Nexity, Véronique Bédague, soutient que le BRS constitue un :

Instrument de lutte contre la spéculation immobilière.

Selon les prévisions, les huit habitations susmentionnées seront livrées vers avril 2023 sur Villeurbanne.