Au terme de plusieurs mois de confinements, les Français désirent fortement se procurer une résidence secondaire. Plus précisément, ils souhaitent s’offrir une maison occasionnelle en bord de mer, où les prix des logements flambent. Ainsi, le mètre carré grimpe au moins jusqu’à 5 000 euros sur les stations balnéaires des Pyrénées-Atlantiques.

Dans une étude, un estimateur immobilier en ligne a récemment présenté les tarifs moyens dans environ 400 sites côtiers. L'estimateur de prix rapporte que dans les Pyrénées-Atlantiques, négocier une résidence balnéaire à moins de 5 000 euros par m2 s'annonce compliquer. En moyenne, le mètre carré s'élève à 6 227 euros à Saint-Jean-de-Luz, contre 6 720 euros pour Biarritz. À Guéthary, le coût de la pierre atteint les 7 484 euros.

Pour trouver des logements moins dispendieux, il est conseillé de se reporter sur la façade du Languedoc-Roussillon. Les plus abordables se situent à Port-la-Nouvelle (2 040 euros/m2), La Palme (2 125 euros) ou la Torreilles (2 199 euros).


Un besoin intense de déménagement chez les acheteurs

En revanche, certaines stations demeurent relativement dédiées aux budgets plus ou moins conséquents. Il s'agit de celles de :

  •  Grande-Motte : 4 117 euros par mètre carré en moyenne ;
  •  Collioure : 4 198 euros ;
  •  Palavas-les-Flots : 4 493 euros.

Plus au nord, sur le littoral de la Bretagne, les prix/m2 des logements s'établissent par exemple à :

  •  1 923 euros à Plouézec ;
  •  1 817 euros à Telgruc-sur-Mer ;
  •  1 557 euros à Guissény.

Ceux qui ont la possibilité d'acheter plus cher peuvent se tourner entre autres vers Carnac ou Trinité-sur-Mer. Les stations balnéaires affichent un tarif respectif de 4 605 euros et 5 179 euros, appartements et maisons confondus. Après l'acquisition de telles résidences, il ne reste plus qu'à examiner un comparatif assurance habitation pour obtenir une couverture abordable.

Dans ce contexte, il faut noter que les Français paraissent aujourd'hui plus que jamais décidés à changer de domicile. Sur le premier semestre de l'année en cours, les ventes ont progressé de 42 % comparé à la même période en 2020.

La résidence secondaire porte la filière

Sur deux ans, le réseau d'agences Century 21 constate une croissance de 6 %. Pour une période moins longue, la Fédération nationale de l'immobilier remarque :

Davantage de vente sur les trois premiers mois de 2021 que sur l'année 2019.

La résidence secondaire se dresse comme un des segments les plus porteurs de la filière immobilier bien qu'elle rassemblât seulement :

  •  Environ 17 % des achats d'après la Fnaim ;
  •  Approximativement 6 % selon Century 21.

En réalité, bon nombre d'habitants en milieu urbain partagent leur temps de travail entre deux logements, avec le télétravail. Quelquefois, ils exercent dans leur résidence de campagne, d'autres dans une maison semi-principale. Celle-ci porte sur un logement à proximité de leurs bureaux. Cependant, dans les lieux en bord de mer, il gagne de plus en plus d'attrait, déclare la FNAIM et Century 21. Le président du réseau d'agences, Laurent Vimont ajoute :

On peut vraiment parler d'un retour en grâce de ce type de résidence secondaire.