Grâce à sa proximité avec la municipalité de Toulouse, l’immobilier à Montauban attire de plus en plus d’acheteurs, notamment les jeunes. Un phénomène qui résulte des prix élevés pratiqués dans la ville rose. Celui-ci a été constaté au niveau du prix médian non seulement des maisons, mais aussi des appartements anciens.

Située à une cinquantaine de kilomètres de Toulouse, Montauban confirme son attractivité sur le marché immobilier. En termes de ventes, la localité affiche lors de l'exercice 2020 une augmentation semblable au total enregistré dans l'Hexagone. Soit une progression de 1,5 % par rapport au volume des ventes réalisées en 2019. Compte tenu de ces circonstances, on peut prévoir un bond des souscriptions en assurance habitation au sein de la municipalité.

Selon les explications de Julien Lacombe, un expert du secteur, cette situation résulte de l'affluence croissante d'acheteurs toulousains vers la commune. Pour cause, les prix affichés à Montauban se révèlent plus avantageux que ceux observés dans la ville rose.


Hausse relativement importante du prix médian des maisons anciennes

L'évolution des prix relevés dans les annonces pour les maisons anciennes traduit ce gain d'importance de l'agglomération montalbanaise. Entre 2019 et 2020, la valeur des biens a connu une hausse approximative de 11 %. Ainsi le prix médian s'est-il élevé à 192 000 euros. En comparaison, il s'établit à 160 000 euros dans le Tarn-et-Garonne pour une progression de 6,7 %. À titre d'information, le prix médian à Toulouse reste loin avec plus de 340 000 euros, et ce, bien qu'un recul de 3,8 % ait été remarqué.

Les notaires de la cour d'appel de Toulouse démontrent dans un rapport l'intérêt que témoignent les jeunes pour Montauban. Environ 17 % des investisseurs de 30 ans au plus ont acheté un bien dans le Tarn-et-Garonne. Dans la précédente agglomération, cette proportion atteint plus de 20 %. Des chiffres qui impacteront notamment le nombre de contrats d'assurance habitation conclus dans les deux collectivités.

Même constat pour les appartements

Pour les appartements anciens, une tendance similaire est perçue. Le prix au mètre carré médian à Toulouse reste encore loin devant avec 3030 euros. De son côté, celui de Montauban s'accroît de 9,1 %. Il se fixe au même niveau que celui de Rodez, estimé à 1520 euros. À noter que cette valeur diffère en fonction des quartiers. À ce titre, elle descend à :

  • 1350 euros à Lalande;
  • 1420 euros à Pomponne;
  • 1450 euros pour le Bas Pays.

En revanche, elle s'élève à 1610 euros dans le centre-ville. Des tarifs calculés pour des appartements de trois ou deux pièces, représentant respectivement 46 % et 29 % des ventes en 2020. Julien Lacombe note ainsi :

À Toulouse, le prix ne permet pas d'acheter de telles surfaces. Ce qui n'est pas le cas dans le Tarn-et-Garonne.

Au vu de ces informations, on peut prédire une croissance continue du coût de l'immobilier à Montauban.