L’érosion côtière et la submersion marine engendrées par le dérèglement climatique constituent une véritable menace pour les biens immobiliers situés sur le littoral français dans les décennies à venir. D’après une étude réalisée par Callendar, ces phénomènes toucheront près de 15 000 biens acquis par leurs propriétaires au cours des 5 dernières années.

La valeur totale de ces biens est estimée à 5 milliards d'euros, mais les experts du cabinet ont indiqué dans leur analyse que ceux-ci seront bientôt difficiles à vendre.

Le marché de l'immobilier dans les zones côtières serait alors impacté par les vulnérabilités de ces biens face à l'ampleur des impacts de l'élévation du niveau de la mer en France.

Quelles sont les zones les plus touchées par ce risque d'inondation ?

L'étude a révélé que d'ici 2050, la montée du niveau de la mer et le recul du trait de la côte toucheraient en particulier la rive de l'embouchure de la Seine et la côte Atlantique.


Le Havre s'avère être la ville la plus menacée par la submersion marine dans les décennies à venir. Mais d'autres villes côtières comme Bordeaux, Arcachon, Deauville, Bayonne et Caen seront également confrontées à ce risque.

La côte méditerranéenne fait aussi partie des zones touchées par ces phénomènes, mais dans une moindre mesure,

précise l'étude.

À noter que le contrat d'assurance habitation d'un bien situé sur une zone inondable doit impérativement inclure une garantie couvrant les catastrophes naturelles.

En principe, celle-ci est déjà comprise dans les garanties d'une assurance multirisque, mais l'assureur exige une majoration des primes en fonction du risque auquel la zone est exposée.

Outre cela, la garantie Relogement est également nécessaire pour couvrir les frais relatifs au changement de domicile en cas d'inondation du logement.

Baisse inéluctable de la valeur des biens concernés par ce risque

Un grand nombre de Français ont choisi de placer leur argent dans des logements situés dans les zones côtières en espérant tirer profit de la revente de ces biens.

Toutefois, selon les experts du cabinet, le risque d'inondation qui menace ces zones entrainera une baisse inéluctable de la valeur de ces biens.