Malgré la crise, l’immobilier ancien en région parisienne continue de séduire les acquéreurs étrangers. D’après les notaires du Grand Paris, si les origines de cette clientèle sont variées, cinq nationalités sortent du lot. Ils notent en outre des disparités entre la capitale et les deux couronnes.

Quelles sont les cinq principales nationalités des acheteurs immobiliers en Île-de-France

Selon les notaires,

En 2019 avant la crise sanitaire, 4,3 % des biens immobiliers anciens ont été acquis par des étrangers résidents, la part des non-résidents étant limitée à 1,5 %.

En Île-de-France, le pourcentage d'étrangers résidents est encore plus élevé, à 8 %, contre moins de 1 % pour les non-résidents. En deux ans, cette répartition a connu un changement notable. En effet, entre le 1er janvier et le 30 septembre 2021, sur les 9,3 % d'étrangers qui ont acquis un bien ancien dans la région, 8,6 % sont résidents et 0,7 %, non-résidents.


Les données des notaires pour les 9 premiers mois de l'année montrent que

Les Portugais ont été les plus nombreux à investir dans un logement francilien avec 15,3 % de parts sur l'ensemble des acquéreurs étrangers.

Les Chinois suivent au classement (10,1 %), devant les Algériens (7,8 %). Les Roumains (7 %) et les Italiens (6,5 %) complètent ce top 5.

Si la composition de ce palmarès n'a guère changé en 20 ans, la part des uns et des autres a sensiblement évolué. Bien que toujours en tête, les Portugais perdent du terrain. Rien qu'entre 2002 et 2021, leur pourcentage est passé de 26 % à seulement 15,3 %. À l'inverse, au cours de la même période, un afflux de clients roumains a été observé (de 0,3 % à 7 %). Les notaires soulignent également la forte progression des Algériens parmi les nouveaux propriétaires en Île-de-France. De même, l'intérêt des Chinois pour la région ne se dément pas. Ils privilégient la petite couronne (5,4 %) et Paris intra-muros (3 %).

De nets écarts entre la capitale et sa banlieue

Au cœur de la Ville Lumière, les notaires notent une forte présence des Chinois (2,7 %) parmi les étrangers acheteurs dans l'ancien, un chiffre en nette augmentation depuis 2002 (1,2 %). De nombreuses transactions ont également été conclues par des clients originaires d'Italie (3 %), des États-Unis (1,5 %), d'Allemagne (1,2 %) ou encore de Belgique (0,9 %).


En petite couronne également, les acquéreurs chinois dominent (5,4 %), devançant les Portugais (4 %), les Algériens (3,4 %), les Roumains (2,5 %) ainsi que les Tunisiens (2,4 %). En grande couronne en revanche, les Portugais sont les plus représentés (10,9 %). Les Roumains arrivent en deuxième place (4,4 %), suivis par les Algériens (4,2 %), puis les Marocains et les Tunisiens (à égalité avec 3,4 %).

Bien que ne résidant pas de manière permanente dans leur nouveau logement francilien, les propriétaires ont tout intérêt à souscrire une couverture pour leurs biens immeubles et meubles afin d'obtenir un dédommagement en cas de sinistre. Une simulation d'assurance habitation gratuite en ligne est fortement recommandée pour trouver la formule la mieux adaptée à ses besoins et son budget.