Après quelques jours de suspension, le numerus clausus adopté en janvier dernier sera finalement la version applicable en PACES pour l’année prochaine. À ce propos, une limitation différente a été établie pour les redoublants. Plus de la moitié d’entre eux ne pourront pas accéder à la deuxième année pour la rentrée 2021-2022.

Publié au Journal officiel le 27 janvier, un arrêté a fixé le numerus clausus en PACES pour l'année prochaine. Il était alors prévu que le nombre de sièges attribués aux étudiants de deuxième année soit porté à 6 484 pour 2021-2022. Soit 2 348 de moins que pour l'année universitaire en cours. Avec la réforme du gouvernement en septembre 2020 sur les études de santé, cette limitation a été fortement attendue.

Plusieurs associations désapprouvent la décision. Elles ont ainsi formé des recours à l'encontre de l'arrêté susmentionné. Le 28 avril dernier, le Conseil d'État l'a de ce fait suspendu pour quelque temps.


Une limite différente pour les redoublants

Le 7 mai dernier, le même numerus clausus en université a finalement été publié. Les établissements procèderont prochainement à l'annonce. Sur ce point, le nombre de places ouvertes ne sera pas le même pour chaque institution. Il en est de même pour les villes. Les disponibilités restent plus importantes dans les grandes municipalités.

Par ailleurs, il faut savoir que le plafond établi s'adresse uniquement aux redoublants. Pour les nouveaux arrivants, un autre quota a été défini. Ce qui devrait calmer l'inquiétude des étudiants en première année.

Des milliers de jeunes bacheliers tentent chaque année d'accéder à la faculté de médecine des différentes universités. En raison d'un coût plus conséquent, la situation devient plus compliquée pour la deuxième année. À ce titre, le prix s'élevait en moyenne à 2 532 euros en septembre 2020 pour la filière pharmacie. Calculée à partir d'éléments tels que les lunettes de laboratoire, la blouse, etc., la somme s'avère très lourde à supporter. À noter que durant son parcours, l'individu concerné devra également régler d'autres dépenses comme le loyer, une éventuelle assurance habitation étudiant…

Le numerus clausus en kiné reste à déterminer

Au total, le nombre de redoublants en PACES s'établit à 14 500. Par conséquent, plus de 50 % d'entre eux ne pourront pas obtenir de place en deuxième année. Dans le détail, seules les facultés de kiné n'ont pas encore défini de numerus clausus. Pourtant, sans celui-ci, il s'avère presque impossible d'apprécier l'accessibilité de la formation. Ainsi, de nombreux élèves désirant choisir cette filière tentent leur chance en Belgique, en Espagne, en Suisse, etc.

Concernant les autres domaines, 537 places pourront être octroyées en sage-femme. En pharmacie, ce sera 1 645. Ce plafond s'explique par la dureté des études. Pour suivre la PACES, l'intéressé devra en effet s'inscrire à l'université. En médecine, la disponibilité se chiffre à 3 672 sièges. Enfin, 630 étudiants pourront poursuivre leurs études en deuxième année d'odontologie. Par rapport à cela, plusieurs étudiants oublient leur vie personnelle le temps d'une année pour passer leurs examens.