Certes, le marché immobilier parisien a montré une certaine résilience face à la crise. Cependant, celle-ci a tout de même bouleversé le secteur, y compris celui de la location. À cause des différents épisodes de confinement qui ont poussé les Parisiens à déserter la capitale, la demande locative y a fortement chuté. Ceci a mécaniquement engendré un repli des loyers. Reste à savoir jusqu’où ira cette baisse.

Les propriétaires ne veulent pas se laisser gagner par l'inquiétude

S'il est vrai que les loyers à Paris restent largement supérieurs à ceux pratiqués en province, force est toutefois de constater que l'écart se réduit de manière significative depuis l'apparition de la crise sanitaire.

Il est possible d'y voir une des conséquences de l'exode urbain, un phénomène amorcé par le premier confinement et qui a vu les citadins déserter les grandes villes.

Aujourd'hui, le loyer moyen à Paris est de 167 % supérieur à celui en province, mais il faut savoir qu'avant la crise, ce pourcentage était proche des 200 %. La raison est simple : la demande locative a commencé à dégringoler au sortir du premier confinement dans la capitale et la tendance peine à s'inverser.

Selon les chiffres communiqués par un professionnel du secteur, le loyer moyen au mètre carré à Paris est passé de 36,80 euros en septembre 2021, à 36,50 euros (-0,8 %) en avril 2022.

Toutefois, malgré des difficultés supplémentaires à trouver un locataire et la quasi-obligation de revoir leur loyer à la baisse, les propriétaires bailleurs à Paris restent optimistes. Ils estiment qu'il n'y a pas lieu de s'alarmer pour l'instant.

Avec le retour progressif à la normale, notamment celui des cours en présentiel, les locataires (en particulier les étudiants) vont revenir.


Enfin un retour à la normale ?

Les propriétaires appellent de leurs vœux un retour à la normale, ou du moins, au même stade qu'était le marché de la location immobilière avant l'apparition du coronavirus. Ainsi, la baisse du loyer sera définitivement oubliée.

Ce retour à la normale a déjà été enclenché et semble être sur la bonne voie. Les signatures de contrats de bail retrouveront progressivement leur niveau d'avant-crise, au même titre que toutes les opérations relatives à l'investissement locatif : étude du marché, prospection, recours à un comparateur assurance habitation ou encore recherche de financement.