Les personnes en quête d’un logement boudent Paris depuis la fin du confinement alors que l’offre explose dans la capitale. En effet, les locataires privilégient dorénavant d’autres villes comme Nice, Bordeaux ou encore Marseille. C’est ce qui ressort du baromètre publié récemment par SeLoger. L’étude a porté sur la période comprise entre le 11 mai et le 31 août 2020.

De nombreux locataires désirent quitter Paris pour s'installer ailleurs. Du 11 mai au 31 août, les recherches de locations dans la capitale ont baissé de 23 % en un an. Sur la même période, elles se sont accrues de 40 % à Nice, 36 % à Bordeaux et 29 % à Marseille. De même, les demandes ont augmenté de 21 % à Toulouse, 12 % à Nantes et Mulhouse ainsi que 10 % à Rennes. Avec une hausse de 6 %, Lyon et Strasbourg clôturent la liste.

Si elle persiste, cette situation se répercutera nécessairement sur les professionnels qui commercialisent des contrats d'assurance habitation à destination des locataires à Paris.


Les propriétaires privilégient désormais la location longue durée

Alors que les locataires fuient Paris, le nombre de logements disponibles à la location longue durée y augmente. Concrètement, la hausse s'est élevée à 64 % du 1er juin au 31 juillet 2020 comparativement à la même période l'an dernier. Toutefois, ce phénomène ne concerne pas uniquement la capitale. À Nice, une augmentation de 52 % a également été constatée. Il en va de même à Bordeaux, à Rennes et à Nantes où la progression s'est chiffrée respectivement à 39 %, 34 % et 32 %.

Séverine Amate, représentante de SeLoger, observe :

Il y a fort à parier que de nombreux propriétaires cherchent maintenant à faire basculer leur bien dans de la location de longue durée. C'est ce que reflète très probablement cette hausse.

De leur côté, Lyon, Marseille, Mulhouse et Strasbourg n'ont enregistré aucune augmentation des requêtes pour ce type de formule.

Hausse des demandes de biens à louer et à acheter dans plusieurs grandes villes

D'après Séverine Amate, le recul des demandes de locations à Paris est historique. Pour expliquer ce phénomène, elle évoque :

[…] la pandémie de coronavirus, qui a poussé certains locataires à accorder davantage d'importance aux critères de qualité de vie, à l'importance d'avoir de l'espace, un extérieur.

En parallèle, les recherches se sont multipliées dans 9 grandes villes de France. Par ailleurs, l'étude de SeLoger montre que les requêtes relatives à l'achat d'un logement ont fortement augmenté dans les mêmes communes. Dans le détail, la hausse a atteint :

  • 164 % à Bordeaux ;
  • 139 % à Nantes ;
  • 100 % à Strasbourg ;
  • 89 % Marseille ;
  • 87 % à Nice ;
  • 74 % Rennes ;
  • 68 % à Toulouse ;
  • 53 % à Lyon ;
  • 27 % à Mulhouse.

Une augmentation des demandes de biens à acquérir a aussi été constatée à Paris. Seulement, elle ne s'est établie qu'à 5 %.