La pénurie de logements à louer s’est encore accentuée en France en un an, selon une étude de la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim). L’offre de biens a ainsi chuté de 34 % entre 2022 et 2023, alors qu’en parallèle, la demande a augmenté de 23 %. Cette situation est particulièrement préoccupante en région PACA.

La pénurie de locations s’aggrave dans toute la France, notamment dans le sud

Une dégringolade de l'offre qui pénalise les étudiants en particulier

En raison du déséquilibre très net entre l'offre et de la demande de biens à louer, le stock de logements disponibles est à sec. L'étude révèle qu'

Une agence immobilière sur deux dispose de moins de 10 propositions, et 10 % d'entre elles n'ont rien dans leur catalogue.

La rareté de l'offre se ressent tout particulièrement dans le sud, notamment dans la région PACA .

En effet, le nombre d'annonces pour la location a chuté de 43 % sur les 12 mois. Pour preuve, 88 % des agences locales n'en ont même pas une dizaine. D'après la Fédération,

Le recul est également marqué en Nouvelle-Aquitaine (-38 %).

Même Paris n'échappe pas au phénomène, avec une offre qui s'est réduite de 40 %.


Les étudiants sont particulièrement touchés par cette situation . Beaucoup se sont tournés vers des solutions alternatives (cohabitation intergénérationnelle, habitat à la ferme, coliving, etc.), mais ils sont encore nombreux à chercher un logement pour cette rentrée universitaire. En plus d'un contexte général défavorable sur le marché, ils sont confrontés à la concurrence des ménages qui n'arrivent plus à acheter.

Car avec des prix immobiliers toujours élevés et des taux de crédits en constante augmentation, une bonne partie des jeunes actifs qui aspirent à devenir propriétaires de leur résidence principale ont dû renoncer à leur projet. Malgré une situation professionnelle stable et des revenus confortables, les conditions financières d'accès à la propriété sont telles, qu'ils sont contraints de faire des compromis sur la surface ou sur la localisation du bien, ou à défaut, de rester locataires.

Les multiples causes de la pénurie de logements à louer

Loïc Cantin, président de la Fnaim, avance plusieurs explications à cette pénurie de logements à louer :

  • le poids de la fiscalité locale, avec une taxe foncière en nette hausse ;
  • les contraintes réglementaires : encadrement des loyers, obligation de réaliser de coûteux travaux de rénovation énergétique dans les passoires énergétiques sous peine d'interdiction de location ;
  • les risques liés aux changements climatiques (sécheresse, catastrophes naturelles…), qui impactent le coût de l'indispensable assurance habitation …;
  • l'inflation et la cherté de l'énergie…

La combinaison de ces facteurs décourage les propriétaires de mettre leur logement en location, et les incite plutôt à la vente.


Il faut également tenir compte de l'explosion de la demande (+23 % en un an), en particulier en région PACA (+42 %) et dans la capitale (+36 %), qui se distinguent avec les plus fortes progressions des candidatures pour les biens à louer. 55 % des agences interrogées par la Fnaim enregistrent

Entre 10 et 49 réponses pour proposition de location,

Et pour 66 % d'entre elles,

Celles-ci sont de plus en plus nombreuses.
À retenir
  • La pénurie de logements à louer s'aggrave en France, surtout dans le sud.
  • La demande de locations bondit, alors que l'offre se raréfie, la majorité des agences n'ont que quelques biens, voire aucun bien en stock.
  • Les étudiants sont les plus touchés par la pénurie.