Un pic des déclarations de sinistres entraîne une hausse des primes pour l’assurance décennale

Les entreprises de construction souhaitent écourter le délai d’exécution des chantiers et réduire les coûts. Le propriétaire s’attend, quant à lui, à des réalisations répondant à ses besoins. Le maître d’œuvre doit, pour sa part, s’assurer que les travaux exécutés sont en accord avec les attentes des propriétaires.

Néanmoins, les constructions ne sont pas toujours exemptes des malfaçons. Pour assumer sa responsabilité dans de telles situations, le maître d’œuvre doit souscrire une assurance construction, couvrant les dommages occasionnés même des années après les travaux.

Il peut alors opter pour l’assurance décennale. Il doit cependant faire face à la hausse des prix pratiqués pour cette garantie.


Une augmentation qui s’opère dans un contexte complexe

La concurrence dans le secteur de l’assurance construction contribue en quelque sorte à atténuer les prix appliqués par les professionnels concernés. En effet, du fait de la libre prestation de services, le secteur voit arriver de nombreux professionnels étrangers. Néanmoins, l’augmentation du tarif était inévitable depuis 2008. La situation n’a d’ailleurs pas changé l’an dernier.

Cette hausse est principalement due à l’augmentation des sinistres déclarés auprès des professionnels de l’assurance. Ne serait-ce qu’en 2018, ils ont enregistré une hausse de 10 à 20 % des demandes d’indemnisation. Par ailleurs, le secteur doit faire face à une baisse des aides qui lui sont attribuées, notamment celles qui proviennent de l’État.

Ainsi, depuis près de 10 ans, la situation s’est complexifiée pour les professionnels de l’assurance dédiée au secteur du bâtiment. Outre la hausse des règlements de sinistres affiliés à la garantie décennale, ils doivent faire face à l’augmentation de leurs coûts moyens.

Des malfaçons devenues fréquentes

Mais qu’est-ce qui pourrait se trouver à l’origine d’une augmentation des demandes d’indemnisation, entraînant une hausse du tarif de l’assurance responsabilité civile décennale ?

Les professionnels de l’assurance relèvent plusieurs explications. Parmi elles, la crise du bâtiment. Les chantiers ouverts en temps de crise sont forcément gérés par des constructeurs qui cherchent à réduire les coûts et optimiser le temps de réalisation.

Certaines techniques sont également connues pour être à l’origine des sinistres déclarés fréquemment
. Tel est le cas des installations photovoltaïques ou de la pose de carrelage sur des isolants minces, encore peu maîtrisés par les constructeurs.


Enfin, les professionnels de l’assurance notent une judiciarisation de plus en plus fréquente, notamment pour les sinistres qui font appel à la garantie décennale. Les règlements à l’amiable étant devenus très rares.

Toutes ces situations entraînent une hausse du volume des déclarations adressées aux assureurs. Ce pic de demandes d’indemnisation, avec la hausse des coûts moyens des sinistres, entraîne une baisse des rendements de l’assurance décennale. Pour pallier ce recul, les professionnels de l’assurance construction se trouvent contraints de revoir les tarifs de cette garantie.