L’an dernier, le nombre de Français préférant la location meublée a augmenté de 30 % pour les propriétaires et 10 % pour les locataires. C’est ce que révèle de baromètre de l’agence immobilière Lodgis. Cet engouement est apparemment dû à des garanties particulièrement intéressantes par rapport à la location vide. Explications.

Dans le cadre d’une occupation temporaire, la location meublée comporte beaucoup plus d’avantages que celle d’un logement vide. D’après le sondage réalisé par Lodgis l’an dernier, cette formule est de plus en plus plébiscitée par les Français.

En effet, une augmentation de 30 % a été constatée pour le nombre de propriétaires qui y adhèrent. Du côté des locataires, une hausse des demandes de 10 % a été enregistrée.

Certes, les modalités ne sont pas les mêmes en termes d’assurance habitation pour une location vide et une location meublée. Cependant, les avantages de la deuxième offre suffisent à convaincre les Français.

Le bail mobilité suscite l’engouement des locataires comme des propriétaires

Le contrat de location temporaire d’un logement meublé, également appelé bail mobilité, attire particulièrement les locataires et les propriétaires. D’après l’étude réalisée par Lodgis, il représentait 30 % des locations meublées en 2019.


Si la durée de l’occupation est limitée à 10 mois, le contrat comporte maints avantages notables pour le locataire. En font notamment partie l’absence de dépôt de garantie et l’accès à un logement décent préalablement équipé. La possibilité de recourir à la garantie Visale constitue un autre point positif du bail mobilité.

Grâce à ce dispositif de cautionnement gratuit, il est plus facile pour un étudiant ou jeune en alternance de régler la caution réclamée par le propriétaire.

Pour ce dernier, les avantages sont tout aussi intéressants. Il est notamment libre de fixer le montant du loyer, sauf en zone tendue où il est tenu de respecter l’encadrement en vigueur. Par ailleurs, le propriétaire bénéficie d’avantages fiscaux et de garanties sur les loyers.

Les critères d’éligibilité évolueront-ils en faveur des locataires ?

Les conditions d’éligibilité à une location meublée de courte durée peuvent s’avérer moins contraignantes que pour une location vide. Cela dit, un bail mobilité ne peut être signé que dans certaines situations :

  • Stage ;
  • Études supérieures ;
  • Contrat d’apprentissage ;
  • Mission temporaire en lien avec le travail ;
  • Mutation professionnelle ;
  • Formation professionnelle ;
  • Volontariat dans le cadre d’un service civique.

Il est toutefois possible de sous-louer, à condition d’obtenir l’accord du propriétaire. Celui-ci doit d’ailleurs être consigné par écrit. En tout cas, Lodgis prévoit un remaniement de ces critères afin d’augmenter les chances des candidats qui sont pour l’heure non éligibles.

Si la formule meublée séduit aussi de plus en plus, c’est parce que les Français trouvent la location classique trop compliquée. En même temps, de nouveaux besoins sont apparus, les orientant ainsi vers la location meublée. Dans le détail, 50,7 % des demandeurs sont des professionnels en mobilité et 37,6 % des étudiants.