Dans plusieurs grandes villes, le prix du mètre carré n’a cessé d’augmenter en deux décennies. Il va jusqu’à quadrupler dans des localités comme Paris ou Bordeaux. Le pouvoir d’achat a baissé en conséquence. Un jeune adulte qui pouvait s’offrir un logement de 20 mètres carrés il y a 20 ans ne peut accéder qu’à 10 mètres carrés aujourd’hui.

L'Hexagone enregistre son taux d'intérêt le plus bas à l'heure actuelle. Quelle conséquence cela a-t-il sur le pouvoir d'achat des Français ? Et quels changements peut-on relever sur le marché immobilier en 20 ans ?

D'après l'étude réalisée par un professionnel en courtage immobilier, le pouvoir d'achat des Français n'a fait que chuter ces 20 dernières années. La baisse est même très marquée dans certaines villes comme Paris ou Bordeaux. Cela est dû aux prix qui ne cessent d'augmenter. Résultat : les acheteurs doivent renoncer à 18 mètres carrés aujourd'hui. Cependant, l'étude ne fait pas état de l'évolution des dépenses après l'achat, pour l'assurance habitation par exemple.


Une hausse de prix quasi identique à Paris et Bordeaux

L'étude part d'un profil type d'un jeune adulte avec un revenu médian de 1 660 euros par mois. Elle souligne qu'il y a 20 ans, il pouvait acquérir un bien de plus de 50 mètres carrés dans la plupart des métropoles françaises. Aujourd'hui, il doit se résigner à un logement de 31 mètres carrés.

D'après les informations avancées, Bordeaux affiche la plus importante baisse du pouvoir d'achat immobilier en 20 ans. Et pour cause, le prix du mètre carré a presque quadruplé dans cette ville, alors qu'il n'était que 2,4 fois supérieur à celui d'il y a 20 ans dans les autres localités. Il est passé de 945 euros en 2000 à 4 442 euros en 2020.

La croissance serait identique à celle de certains quartiers à Paris. D'ailleurs, pour la Capitale, l'étude dénote un prix au mètre carré qui a quadruplé depuis 2000. Il se situe à 10 402 euros en 2020. Ce qui fait de Paris la ville où le pouvoir d'achat est le plus faible.

Aujourd'hui, le profil d'acheteur susmentionné peut prétendre à un studio de 11 mètres carrés, contre un 20 mètres carrés en 2000.

Marseille affiche le prix le moins cher du marché

Toulouse s'aligne sur cette tendance à la hausse, alors que la ville proposait le meilleur pouvoir d'achat auparavant. Actuellement, un revenu de 1 660 euros permet d'acquérir un logement de 27 mètres carrés, contre 62 mètres carrés il y a 20 ans.


Strasbourg enregistre la plus légère baisse du pouvoir d'achat et la plus faible augmentation de prix. Un jeune acheteur ne perd que 4 mètres carrés dans cette commune. C'est toutefois à Marseille qu'un acheteur dispose du plus haut pouvoir d'achat. Il peut y prétendre à un bien de 40 mètres carrés.

L'étude souligne que la baisse en continu du taux d'intérêt en 20 ans n'a pas eu d'impact conséquent sur le pouvoir d'achat immobilier. Au contraire, il aurait diminué de 35 % en moyenne. La hausse du prix a fait qu'elle est passée inaperçue.

Pourtant, d'après le dernier baromètre publié par notre plateforme Meilleurtaux, un ménage qui présente d'un dossier solide peut obtenir un taux de 0,56 % aujourd'hui, pour un prêt de 15 ans, sans assurance. Il est à 0,67 % pour une durée de 20 ans et 0,92 % si le remboursement s'étale sur 25 ans.