Selon MeilleursAgents, les grandes communes dans l’Hexagone voient leurs tarifs immobiliers se stabiliser. À Paris, en revanche, ceux-ci se replient légèrement. Et de manière globale, le marché immobilier semble s’être tranquillisé après une saison estivale pleine d’activité. À noter que les volumes de ventes ont largement évolué au troisième trimestre 2021 comparé à celui de 2020.

D'après une étude de MeilleursAgents, les prix de l'immobilier ont très légèrement baissé dans plusieurs métropoles françaises. À Lille, Nantes et Lyon, la plateforme d'estimation en ligne constate une contraction de 0,1 % en novembre 2021. Du côté de Bordeaux, Strasbourg et Nice, la descente s'avère plus importante, avec -0,2 %. Dans d'autres villes telles que Montpellier, Rennes et Toulouse, les tarifs augmentent toujours. Cependant, cette tendance apparaît modérée, avec respectivement +0,1 % pour la première et 0,2 % pour les deux dernières.

Alors que dans la majorité des grandes communes, les coûts connaissent actuellement un apaisement, Marseille fait figure d'exception. La cité phocéenne affiche une progression de 0,9 %.


Une contraction de 1 % à Paris

Du côté de Paris, les tarifs des biens ont diminué de 1 % en novembre 2021. En moyenne, le mètre carré d'un logement se négocie au cours de cette période à 10 275 euros. Dans son dernier baromètre, MeilleursAgents explique :

Aucune catégorie de biens n'est épargnée par ce phénomène : les prix des petites surfaces ont chuté de 1 % en un mois et les grandes de 0,9 %.

Du fait de ce repli, la Ville Lumière retrouve ses niveaux observés avant l'apparition du Covid-19. À titre de rappel, l'immobilier dans la capitale coûtait environ 10 300 euros/m² en janvier 2020. La plateforme pense que le repli devrait se poursuivre au vu du ralentissement du marché durant ces dernières semaines.

Toutefois, le marché immobilier a gardé sa vivacité pendant l'été dernier, révèlent les Notaires dans leur dernière note de conjoncture. Une situation qui a notamment profité aux comparateurs d'assurance habitation pas cher. Les professionnels annoncent qu'entre juillet et septembre 2021 et comparée à la même période de l'an dernier :

[…] Les volumes de ventes de logements anciens ont progressé de 39 %. […]

L'offre dans la capitale se montre désormais plus abondante

D'après eux, cet infléchissement reflète une hausse de 2 800 unités en matière de transactions. Et d'ajouter que comparés à la moyenne entre 2011 et 2021, ces volumes ont crû de 17 %. Les Notaires soulignent que la stabilisation tarifaire et une offre dorénavant faiblement plus nombreuse ont sans doute :

[…] Incité certains hésitants à réaliser leur acquisition cet été.

En banlieue, la recherche de verdure et d'espace en plus, surtout pour les maisons, a continué de supporter les tarifs. Néanmoins, leur augmentation demeure légère. En fonction des départements, elle se situe entre 0,6 % et 0,1 %. Celle constatée en Seine-Saint-Denis déroge à cette tendance avec une décrue de 0,6 %. Durant la dernière saison estivale, les Notaires avaient mis l'accent sur l'évolution de l'activité de la périphérie entre juillet et septembre 2021. Comparativement avec le même intervalle en 2020, en première couronne, les achats d'appartements se sont multipliés de 16 % :

[…] Et le marché des maisons a vu son volume de ventes s'accélérer (+26 %).

Dans la deuxième couronne, les ventes se sont amplifiées de :

  • 23 % pour les maisons ;
  • 21 % pour les appartements.

Pour ces habitations, un nouveau pic a dès lors été atteint en un an.