Malgré un contexte économique toujours sensible, le marché s’emballe dans de nombreuses grandes métropoles françaises, notamment dans l’ancien. Les prix immobiliers persistent dans leur tendance haussière en dépit de la crise sanitaire. Les chiffres publiés par un expert du secteur font état d’une augmentation de +5,8 % sur un an pour atteindre 3 655 euros le mètre carré.

L'offre continue de se raréfier

Les maisons ont la cote en cette période où les Français sont en quête d'espace et de verdure après trois confinements. À mesure que la demande explose, les offres sur le marché s'amenuisent. Conséquence : les prix affichés poursuivent une courbe ascendante dans les grandes agglomérations.

Selon Michel Mouillart, spécialiste du secteur,

Le prix moyen du mètre carré ne cesse d'augmenter malgré un certain ralentissement de sa progression durant le second confinement.

Sur les trois derniers mois, les maisons se vendent en moyenne à 3 331 euros le mètre carré, soit un bond de +4,8 %. Sur l'année, les prix ont grimpé de +6,1 %.


Un maintien de la hausse est aussi constaté du côté des appartements. En moyenne, ils se négocient à 3 966 euros/m², soit une progression de +1,7 % sur 3 mois et de +5,6 % en rythme annuel. Ce qui se répercute bien évidemment sur le coût de l'assurance habitation.

Des accélérations des prix à Limoges, Angers et Metz

Par ailleurs, les propriétaires reportent leurs projets de vente par peur de ne pas trouver à leur tour un nouveau logement face à la raréfaction de l'offre sur le marché. Or, cet ajournement risque d'intensifier la pénurie et de paralyser le marché de l'immobilier.

Dans les trois quarts des villes de plus de 100 000 habitants, les prix de l'immobilier ancien augmentent d'au moins +5 % sur 1 an, tandis que l'envolée atteint au moins +10 % dans 28 % des grandes villes françaises.

D'après les chiffres publiés dans le dernier baromètre SeLoger, l'évolution la plus remarquable est observée du côté d'Angers (3 020 €/m² ; + 16,2 % sur 1 an) et Metz (2 558 €/m² ; + 17,2 %). Limoges n'est pas en reste avec des prix qui grimpent trois plus vite que l'an dernier.

La situation est la même à Mulhouse où la croissance des prix s'établit à +12,1 % sur un an, à Lille avec +6,7 % pour les appartements sur un an et +6,2 % pour les maisons, à Lyon avec +5,4 % sur un an pour les appartements et +12,2 % pour les maisons.