La ligne 15 du métro de la capitale n’est pas encore opérationnelle et pourtant, elle a déjà un impact sur les prix des biens en vente dans les villes qu’elle dessert. Dans toutes les localités traversées (22 communes) par cette nouvelle ligne qui formera un cercle de 75 km autour de Paris, les prix ont grimpé dans des proportions variables selon les départements.

Une augmentation moyenne de +18,4 % en Île-de-France

L'agence immobilière Hosman a comparé les prix des biens vendus il y a cinq ans à ceux écoulés entre début janvier et fin juin 2021 dans la région parisienne.

Il en ressort que les biens immobiliers vendus dans les localités où passe la future ligne 15 sont bien plus chers que ceux dans le reste de la région.

Stanislas de Dinechin, cofondateur du cabinet, confirme que

La hausse touche pratiquement toutes les villes desservies par la ligne 15.

En moyenne, la progression des prix est de +18,4 % en région francilienne. Selon ce professionnel, elle est nettement plus prononcée dans la partie sud et la partie ouest, la zone affichant une hausse plus modérée. En effet, le tronçon desservant la partie sud prendra fin en 2025, contre 2030 dans la partie est.


Plusieurs explications à la poussée inflationniste hors de Paris

Saint-Maur-des-Fossés (94) présente l'augmentation la plus marquée, avec +42,29 % sur les cinq dernières années et un prix au mètre carré de 6 616 euros.

Parmi les villes traversées par la ligne 15, trois sortent du lot avec des biens de plus en plus onéreux. Il s'agit notamment :

  • de Boulogne-Billancourt (10 007 euros le mètre carré) ;
  • d'Issy-les-Moulineaux (8 602 euros) ;
  • de Montrouge (8 357 euros).

D'autres facteurs expliquent le regain d'intérêt pour la Première couronne. D'après Stanislas de Dinechin, la présence de la ligne 15 n'est pas la seule explication à ce phénomène.

Habiter dans la capitale et dans le centre-ville ou près de ce dernier est désormais hors de portée pour de nombreuses familles. Ces ménages préfèrent se rabattre sur la petite couronne.

Et avec l'effet Covid qui a réveillé les envies d'espace et de verdure, les Parisiens ont déserté le centre-ville.

De plus, la proximité avec Paris fait partie des critères de recherche privilégiés par les candidats à la propriété.

Une hausse modérée en Seine-Saint-Denis

Les aspirants à la propriété trouveront des tarifs plus abordables dans le 93 où l'augmentation avoisine les +13,63 %.

Les logements y sont mis en vente à un prix moyen de 4 323 euros le mètre carré, contre 7 227 euros dans le Val-de-Marne.

Par contre, la ville d'Aubervilliers se démarque par une hausse remarquable de plus de +31 % en 4 ans et demi.

À noter que l'achat ou la location d'un nouveau logement implique la souscription d'une assurance adaptée. La simulation assurance habitation permettra de trouver les meilleures offres dans ce domaine.