Depuis les confinements imposés par la pandémie de Covid-19, les clients sont en quête d’espace en zone rurale ou périurbaine. Portées de cet intérêt nouveau, les ventes de petits châteaux ont enregistré une hausse de 22 % en 2021 selon Le Figaro. Le budget moyen pour ces biens de caractère se situe à 500?000 euros, mais atteint parfois 800?000 euros.

500?000 euros pour un petit château au lieu d'un appartement en ville

Avec la crise sanitaire et l'essor du télétravail, de nombreux Français ont choisi de quitter leur appartement en ville au profit d'une propriété plus vaste et disposant d'un espace extérieur à la campagne ou en banlieue. C'est ce qui justifie le succès des manoirs, châteaux, gentilhommières, phénomène qui s'est accéléré l'année dernière avec une progression de 22 %.

Ces nouveaux châtelains déboursent en moyenne 500 000 euros, l'équivalent du prix d'un appartement au cœur des métropoles. Pour ce tarif, les dimensions restent correctes, et l'entretien reste gérable. En effet, d'autres dépenses s'ajoutent au montant global de la transaction et aux frais annexes, comme les impôts locaux et l'assurance.


Les ménages activent tous les leviers possibles pour alléger leurs charges. Par exemple, les outils de comparaison et de simulation gratuite en ligne permettent de trouver un contrat d'assurance habitation pas cher, avec des garanties adaptées à la typologie spécifique des châteaux et aux besoins des assurés.

Chute des ventes des châteaux les plus chers depuis 2019

Les nouveaux propriétaires de châteaux ciblent pour la plupart des communes situées à une centaine de kilomètres de la capitale, voire 150 km, à condition d'être facilement accessibles. D'après les professionnels de cette niche,

Les biens qui répondent à ces critères trouvent très rapidement preneurs.

Ces derniers ajoutent que

Malgré un dynamisme préservé, les attentes de la clientèle ont sensiblement évolué, notamment concernant le type de produits les plus prisés.

Ainsi, les châteaux de grande taille et qui coûtent plus cher sont boudés, les étrangers étant les principaux demandeurs de ces propriétés. Certains spécialistes de ce segment évoquent

Une chute de 20 % des ventes de ce type de demeure sur un an.

Dans le détail, le pourcentage d'opérations à plus de 2 millions sur ce marché est passé de 20 % à 11 % entre 2019 et 2021. De même, la part des transactions impliquant un budget compris entre 1 et 2 millions d'euros a reculé de 6 points sur la période, pour s'établir à 29 %. À l'inverse, pour celles valorisées entre 800?000 euros et 1 million, la proportion a grimpé à 22 % en 2021 (+7 points par rapport à 2019).