Selon les résultats d’une étude réalisée en 2020, la jeunesse rêve d’acheter une maison neuve. Les raisons de ce choix sont nombreuses. Cela les dispense notamment de la nécessité d’effectuer des travaux de rénovation ou de réparation. Dans les détails, les jeunes souhaitent investir dans une ville moyenne et accéder à la pleine propriété.

Récemment en 2020, le cabinet Deloitte a procédé à une enquête pour le compte de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Pour les acteurs de l'assurance habitation, son contenu pourrait présenter beaucoup d'intérêt. De l'analyse découlent en effet les comportements des particuliers de 20 à 30 ans face au secteur immobilier.

Aussi a-t-il été constaté que les besoins des individus de cette tranche d'âge sont presque identiques à la génération antérieure. L'objectif que la majorité d'entre eux poursuit est d'acheter une maison neuve. Concrètement, ils souhaitent acquérir un logement avant la trentaine. Pour bon nombre d'entre eux, il s'agira d'un bien avec jardin, situé dans une ville moyenne.


Ils préfèrent les biens fraîchement construits

Le sondage réalisé renferme un certain nombre d'informations clés en vue de la promotion immobilière. Comme le résume la présidente de la FPI, Alexandra François-Cuxac :

Il nous permet de préparer la ville de demain en nous projetant dans l'avenir. On voit aussi leur priorité, ce qui nous permet de nous adapter.

À ce titre, seuls 24 % des jeunes ont voulu investir dans le neuf avant l'épidémie de coronavirus. Actuellement, ils sont devenus majoritaires (60 % des sondés) à nourrir cette vision. Les principales raisons de cette tendance sont que :

  • Les nouveaux habitats offrent une grande liberté dans la personnalisation?;
  • Ils ne nécessitent aucune opération supplémentaire?;
  • Ils présentent un bon niveau de confort.

C'est le cas d'une jeune femme qui a acquis un appartement deux pièces dans la cité phocéenne. Pour elle, une des raisons de ce choix réside d'abord dans l'absence de travaux. Et ce, au détriment de l'espace. D'après ses dires, sacrifier la surface au profit du confort s'avère intéressant. Ensuite, les aides proposées ont également joué un rôle dans la prise de cette décision. Il s'agit notamment de la réduction des émoluments des notaires, l'octroi d'un prêt à taux zéro, etc.

Les besoins présentent une certaine homogénéité

Les résultats de l'étude semblent contredire les idées propagées dans le secteur. À ce sujet, accéder à la propriété constitue un idéal partagé par 95 % des personnes questionnées. L'une d'elles affirme préférer rembourser un crédit plutôt que de payer un loyer à vie.

Les jeunes sont environ 74 % à privilégier la variante pleine de cette dernière. Pourtant, opter pour d'autres solutions leur permettrait de dépenser moins en vue de cet objectif. Cela renvoie par exemple à la propriété coopérative, progressive, à temps limité, etc.

Concernant la localisation du bien, 78 % d'entre eux favorisent les villes moyennes. Relativement à cela, ils sont 29 % à se pencher sur les agglomérations de moins de 10?000 habitants. Pour eux, le rapport qualité/prix est plus intéressant que dans les grandes villes. Les logements sont plus grands et ils sont dotés d'un jardin.?