Protéger les animaux de compagnie contre les épillets

Un petit fragment végétal pouvant faire des dégâts

Même si les plantes graminées sauvages sont présentes tout au long de l’année, leur floraison varie en fonction des espèces et des conditions climatiques. Avec l’ensoleillement, les épis sèchent et se brisent en petits fragments qui s’envolent et envahissent les bords des chemins et les pelouses.

La vigilance est ainsi de mise pour les propriétaires d’animaux à poils. Ce qui ressemble à première vue à des bouts d’herbe peut être dangereux, comme l’épillet.

Ce dernier s’accroche au pelage au premier contact et peut se faufiler dans certaines parties du corps des bêtes (oreilles, narines, yeux, vulve, espaces entre les orteils, etc.).


Par ailleurs, sa pointe acérée peut perforer la peau ou les muqueuses. Dans les cas les plus graves, l’épillet peut atteindre le tympan, les poumons ou le foie, et même provoquer des abcès dans les organes vitaux.

D’après les services d’urgences vétérinaires,

« Les épillets commencent à s’éparpiller dès le mois de mai ».

Il est utile de rappeler ici que les soins relatifs aux incidents liés à ces fragments végétaux sont pris en charge par l’assurance chien si le propriétaire en a souscrit une.

Les gestes préventifs

Pour mieux protéger les animaux de compagnie contre les ravages des épillets, il est préférable de bien prendre soin de leur pelage surtout s’il est long, épais ou frisé.

Les vétérinaires recommandent de couper les poils au niveau des parties délicates. Il faut également vérifier la toison et la peau, mais aussi les oreilles, les pattes, le nez et la bouche des animaux après une sortie dans les champs ou dans le jardin.

Certains comportements et signes suspicieux doivent alerter le propriétaire, comme :

  • les éternuements répétitifs ;
  • l’œil rouge ;
  • le secouement de tête ;
  • les léchages excessifs ;
  • etc.

Consulter au plus vite un vétérinaire s’impose en cas de doute.