La réforme de l’allocation personnalisée au logement (APL) prend davantage en compte les variations de ressources des foyers. Elle devrait être particulièrement favorable aux personnes accusant une baisse de revenus, notamment les nouveaux chômeurs et les jeunes retraités. Le calcul de l’aide se fera chaque trimestre au lieu d’être basé sur les revenus N-2.

L'allocation personnalisée au logement peut être accordée aussi bien à une personne qu'à une famille. Il est possible d'y prétendre à condition que le bien occupé remplisse des critères de décence. Il faut également que le logement soit conventionné. Enfin, l'octroi de l'aide est assujetti à des conditions de revenus.

La réforme du calcul de l'APL, qui a déjà été reportée plusieurs fois à cause de difficultés techniques, entrera en vigueur au 1er janvier prochain. Aura-t-elle un impact sur l'assurance habitation ? En tout cas, la ministre chargée du Logement, Emmanuelle Wargon, a souligné que cette évolution aura des effets positifs sur de nombreuses personnes.


Quelles seront les conséquences de la réforme de l'APL ?

Les conséquences de la réforme de l'APL varient d'une catégorie de population à l'autre. Par exemple, l'aide est susceptible de baisser rapidement pour :

  •  Les jeunes professionnels ;
  •  Les personnes ayant retrouvé un emploi depuis moins de 2 ans et vu leurs revenus croître en réintégrant le marché du travail.

Dans la pratique, si leurs revenus récents sont plus importants, les allocataires subiront une réduction de leur APL. En revanche, cette aide sera revue à la hausse pour les personnes qui viennent de se retrouver au chômage ainsi que pour les jeunes retraités.

Pour les chômeurs de longue durée et les personnes dont les revenus sont restés inchangés depuis 2 ans comme les retraités, la réforme n'aura aucune incidence. Enfin, un forfait sera mis en place pour les étudiants qui travaillent selon Emmanuelle Wargon. Il s'agit d'une bonne nouvelle pour ces derniers, car leurs revenus professionnels pouvaient faire baisser leur APL.

En quoi consiste la réforme de l'APL ?

Jusque-là, l'APL était évaluée sur les revenus datant de deux ans passés. Avec la réforme, elle sera calculée tous les 3 mois sur la base des revenus des 12 derniers mois glissants. Par exemple, l'APL du premier trimestre 2021 sera évaluée à partir des revenus perçus de janvier à décembre 2020.


La ministre déléguée au Logement s'est félicitée sur Franceinfo :

Il y aura beaucoup plus de gagnants que ce que l'on pensait quand cette réforme a été conçue […] Compte tenu de la crise, on va avoir beaucoup de familles dont les revenus stagnent ou baissent. Cette réforme va permettre d'ajuster à la hausse plus vite les aides au logement.

D'autre part, les allocataires n'auront pas à effectuer une déclaration tous les trimestres. En effet, les Caisses d'allocations familiales procéderont directement au niveau des employeurs pour la récupération du montant des revenus (prélèvement à la source).