Même pour les locataires, trouver un logement est devenu complexe et ceux qui y parviennent ne sont pas non plus épargnés par divers tracas. À cause d’obligations professionnelles ou dans le cadre de leurs études, de nombreux locataires sont contraints de laisser leur appartement vacant pendant plusieurs mois. Lorsqu’elle est autorisée, la sous-location s’avère alors salutaire.

Payer le loyer pendant leur absence : les locataires veulent éviter

Avec les loyers qui continuent de grimper, les locataires, en particulier ceux qui disposent d’un budget restreint, hésitent à laisser leur logement vacant, ne serait-ce que pour une durée limitée.

C’est le casse-tête auquel font face les étudiants. Beaucoup d’entre eux décident de retourner chez eux pendant les vacances scolaires, laissant leur domicile inoccupé pendant cet intervalle.

L’ennui, c’est que faute de revenus suffisants, ceux-ci n’ont pas les moyens d’assumer en même temps les dépenses liées au voyage et le loyer d’un logement qu’ils n’occuperont pas.

Bien sûr, renoncer à ces vacances reste envisageable, mais la situation se complique lorsqu’ils doivent effectuer un stage à l’étranger ou bien participer à des échanges interuniversitaires.


Selon une étude récente,

« Plus de la moitié des étudiants (60 %) sont confrontés à ce problème ».

De leur côté, les jeunes travailleurs éprouvent les mêmes soucis. Dans l’exercice de leur profession, ils sont souvent amenés à se déplacer fréquemment. Ces déplacements intempestifs leur coûtent parfois très cher s’ils ne sont pas pris en charge par l’employeur.

Smartrenting leur propose une solution peu conventionnelle

Smartrenting, une agence immobilière sise à Paris, s’est spécialisée dans la sous-location.

Sa solution s’adresse aux étudiants et jeunes travailleurs amenés à s’absenter pendant une longue période, mais qui ne souhaitent pas libérer leur appartement.

Pour résoudre le problème de loyer, l’étudiant charge l’agence de trouver un sous-locataire qui occupera les lieux pendant son absence, moyennant un loyer qui doit être inférieur à ce qu’il paie à son propriétaire.

De son côté, outre la commission qu’elle récupère sur l’opération, Smartrenting peut augmenter ses revenus en proposant au sous-locataire des services annexes (ménage, maintenance…).

Qu’en est-il de l’assurance ?

La personne qui sous-loue l’appartement n’est pas contrainte de souscrire une assurance habitation, même si celle-ci pourrait toujours s’avérer utile.

À défaut, puisqu’il en faut bien une, le locataire principal a la possibilité de souscrire une assurance spéciale, avec « recours du sous-locataire ».