La pandémie de coronavirus a fortement éprouvé le modèle d’Airbnb. En Grèce, la régulation du marché du logement a été accélérée par les conséquences de la crise sanitaire. Une étude du site d’annonces immobilières Spitogatos révèle que les biens locatifs ont significativement augmenté en avril dernier dans le pays. La location saisonnière est-elle pour autant vouée à disparaître ?

Depuis quelque temps, de plus en plus de propriétaires grecs affichent de l'intérêt pour la location longue durée. C'est ce que révèle Patrick Tkatschenko, de la Fédération de l'immobilier de Grèce. Que sera l'impact de cette tendance chez les professionnels de l'assurance habitation ?

À Athènes, une hausse de plus de 30 % du nombre de biens locatifs a été constatée par Spitogatos dans certains quartiers. Le PDG de la plateforme estime que les baux longue durée se multiplieront à l'avenir, car ils sont plus sûrs. Ce phénomène permettra de rééquilibrer le marché immobilier qui a connu ces dernières années une forte croissance des appartements touristiques sur Airbnb.

Le modèle d'Airbnb perdurera

Airbnb estime son chiffre d'affaires pour 2020 à moins de 50 % de celui enregistré l'an dernier. Par ailleurs, la plateforme ignore à quel moment les touristes pourront de nouveau voyager. Cela dit, elle reste confiante en l'avenir.


En effet, les spécialistes s'attendent à un rebond de l'appartement touristique. Ce concept est particulièrement susceptible de plaire à la suite de la pandémie de coronavirus. Le président de la Fédération hellénique de la propriété, Stratos Paradias, explique :

Les voyageurs vont privilégier des appartements privés pour se sentir plus en sécurité par rapport à des hôtels où ils se retrouveront en interaction avec plus de monde.

Il ajoute que les touristes devraient rapidement revenir en Grèce étant donné que le pays figure parmi l'un des plus sûrs en raison de la manière dont il a géré la pandémie.

Airbnb prévoit également une hausse des réservations dans l'Hexagone dès cet été. En effet, l'ouverture des frontières entre les pays européens n'est pas certaine, même après le 15 juin prochain. Ainsi, de nombreux Français renonceront sûrement à voyager durant les vacances. Le directeur de la communication de la plateforme en France, Aurélien Pérol, avance :

Le climat d'incertitude sur les modalités exactes du déconfinement va favoriser les réservations de dernière minute.

Les propriétaires ont été les premières victimes de la crise sanitaire

La crise du coronavirus a lourdement affecté Airbnb. Le 5 mai dernier, la plateforme américaine a annoncé qu'elle a dû se séparer du quart de ses employés, au nombre de 7 500. Son patron, Brian Chesky, a reconnu qu'il s'agit de la plus importante crise que l'entreprise ait eu à traverser jusque-là.

La suspension des vols dans toute l'Europe en raison de la pandémie a rendu impossibles les séjours touristiques. En Grèce, les appartements d'Airbnb se sont retrouvés sans occupant. Cette situation s'est directement répercutée sur les petits propriétaires qui proposent un hébergement sur la plateforme. Se comptant par centaines, ils ont opté pour cette solution dans le but de compléter leurs revenus.


Les réservations se sont brutalement arrêtées, comme l'indique une propriétaire qui loue deux biens sur Airbnb. Par conséquent, celle-ci s'inquiète :

J'espère ne pas avoir à mettre mes logements sur le marché locatif classique, mais je vais peut-être y être contrainte si la situation s'éternise.

Avec la perte de leur emploi, certains propriétaires n'ont eu d'autre choix que de se tourner vers le bail longue durée. Ils ne comptent pas sur la période estivale qui doit démarrer le 1er juillet prochain selon le gouvernement grec.