Maintenant que les conditions météorologiques semblent s’être améliorées dans le pays, l’heure est au bilan pour les assureurs de la Confédération helvétique. Le nombre de sinistres déclarés est élevé, les remboursements le seront donc tout autant. Jusqu’ici, les dommages sont évalués à 450 millions de francs, mais les compagnies d’assurance s’attendent à une hausse exponentielle des factures dans les prochains jours.

Pas moins de 450 millions de francs de dommages

Selon les chiffres de l'Association des établissements cantonaux d'assurance (AECA), qui regroupe 18 assureurs de bâtiments dans le pays, dévoilés par la « NZZ am Sonntag », les déclarations de pertes faites à ce jour font état de près d' un demi-milliard de francs de frais d'indemnisation .

Le montant des sinistres de ce mois-ci sera supérieur à celui de 2007, année où la Suisse a dû également faire face à une situation similaire,

Analyse le porte-parole de l'AECA.

Ces intempéries d'une ampleur inédite sont appelées à se multiplier dans les prochaines années,

Estime le chef du département prévention auprès de l'établissement cantonal argovien d'assurance.


Le gouvernement abonde aussi dans ce sens en soulignant que

Les phénomènes climatiques violents ont lieu à des intervalles plus courts et sont de plus en plus intenses.

Une meilleure prévention pour freiner l'ampleur des dégâts

La hausse de la facture des dégâts matériels causés par ces phénomènes météorologiques extrêmes s'explique aussi par l'explosion des constructions faites ces dernières décennies. En effet, ce boom de l'immobilier accentue la vulnérabilité face aux dommages .

En plus des bâtiments qui sont implantés dans des zones fortement exposées aux inondations, on notera les grandes fenêtres équipées de stores à lamelles sensibles aux vents. Plus d'un tiers des 150 millions de dommages estimés en 2011 ont été provoqués par ces équipements.

En Suisse, les assurances habitation et automobile couvrent les dégâts liés aux catastrophes naturelles pour les particuliers. 1,9 million de constructions sont assurés par les 18 compagnies d'assurance de bâtiments dans le pays, soit 70 % de tout le bâti à l'échelle nationale.

Pour freiner la hausse attendue des dégâts ces prochaines années, les assureurs entendent mettre l'accent sur l'importance de la prévention. Par exemple, les compagnies établies en Argovie ont adressé un courrier aux propriétaires n'ayant pas encore subi de dégâts pour les informer et leur proposer une consultation gratuite.

Ces derniers s'exposent ainsi à une minoration du montant de leur indemnisation en cas d'inaction alors qu'ils ont été avisés.