Actuellement, le marché français des appartements neufs présente un ratio offre/demande faible. Mais malgré cette pression, certaines villes parviennent à enregistrer des baisses sur les prix des trois-pièces. En revanche, de nombreuses cités sont touchées par la forte tension du marché et voient leur tarif croître. Parmi elles, Bayonne, qui subit une hausse de 34 %.

Selon le dernier baromètre d'une plateforme, les coûts moyens des trois-pièces dans quelques communes ont diminué dans l'intervalle mars-septembre 2021. Il s'agit par exemple de Saint-Nazaire, Annecy, Bihorel, ou encore Colmar. Des villes qui affichent respectivement une décrue de 5 %, 5,50 %, 6,26 % et 6,36 %. Dans des secteurs comme Ajaccio, Vannes, La Baule-Escoublac ou Le Havre, la baisse se révèle même plus importante. Celle-ci est évaluée respectivement à 26,61 %, 12,06 % 9,71 % et 8,30 %. Des valeurs raviront les consommateurs.

En parallèle, la plateforme a classé les 10 cités où les prix ont le plus bondi sur la même période considérée.


La crue concerne également Paris

De ce classement, il ressort que l'évolution la plus considérable a été relevée à Bayonne (+34 %). Désormais, les tarifs s'y établissent à 412 300 euros en moyenne. Néanmoins, se procurer un trois-pièces à moins de 250 000 euros demeure possible dans la commune basque. Sur les six derniers mois, les prix ont également connu une distension dans des villes comme :

  •  Toulon (+12 %) ;
  •  Caen (+16 %) ;
  •  Lille (+17 %).

Une augmentation des coûts de 7,6 % a aussi été remarquée à Paris. Pourtant, la capitale a éprouvé une chute au cours de ces derniers mois. La porte-parole de l'agence immobilière en ligne, Céline Coletto, commente que certes :

Il suffit parfois d'un nouveau programme dans la commune, aux prix très hauts ou très bas, pour faire évoluer sensiblement les prix moyens.

Cependant, ces villes reflètent la tendance globale. Entre mars et septembre 2021, les coûts moyens des logements T3 ont progressé de 3,07 %. Selon la plateforme, ils dépassent désormais les 300 000 euros en moyenne. Si cette hausse affecte en premier lieu les acheteurs, elle altère également l'activité des comparateurs d'assurance habitation pas chère.

Un déséquilibre entre l'offre et la demande

Plus largement, les tarifs moyens des appartements neufs ont crû depuis mars dernier dans 75 % des grandes métropoles françaises. Le site a sur ce point regroupé et criblé tous les logements en vente sur son site. Son but : évaluer le coût moyen des T3 sur le marché. À titre indicatif, la plateforme pense que son catalogue contient 80-85 % des annonces de biens à commercialiser.

Dans l'étude qu'elle a réalisée, les villes scrutées dénombrent au moins 5 projets liés aux trois-pièces. Sur le mois en cours, 141 communes ont alors respecté ces conditions sur l'agence immobilière en ligne. Soit 9 de moins qu'en janvier 2021. Le site explique :

L'offre est de plus en plus restreinte.

Sur les tarifs des biens, cette conjoncture constitue certainement une pression en plus, affirme le groupe avant de poursuivre :

[…] D'autant que la demande reste forte.