Les profils d’acquéreurs de logement ne sont pas les mêmes en Paris et en province. C’est ce que révèle une étude de la Fintech Pretto, publiée le 18 août dernier. Pour mettre en lumière les tendances, le spécialiste en courtage immobilier en ligne a analysé pas moins de 550 000 simulations d’achat effectuées de janvier 2019 à juillet 2020.

Eu égard à la composition de leur ménage, les Français vivant en province privilégient généralement les habitations dotées d'une grande superficie. Il faut dire qu'ils ont l'opportunité de bénéficier d'un prix du mètre carré moins cher. En guise d'illustration, un logement de 104 m² s'achète à 227 500 euros en moyenne en province.

Les Parisiens, quant à eux, doivent prévoir environ 388 000 euros pour acquérir un bien de 76 m². Ils doivent également débourser plus pour l'assurance habitation, car la capitale est l'une des villes françaises les plus onéreuses en la matière. Quoi qu'il en soit, ces deux profils contractent souvent un prêt pour se procurer leur résidence principale.


Dans quel but les Français achètent-ils un logement ?

En province, 14 % des habitants achètent un bien dans le but d'investir dans l'immobilier locatif. Cette proportion s'élève à 20 % du côté des Parisiens. L'investissement locatif présente un certain nombre d'atouts, dont :

  • Bénéficier d'avantages fiscaux ;
  • Se constituer un patrimoine ;
  • Percevoir un complément de revenus.

Dans 83 % des cas, les habitants de province investissent dans une résidence principale. À Paris, ils sont 76 % à le faire. Pour sa part, l'investissement dans une résidence secondaire concerne respectivement 3 % des personnes qui vivent en province et 4 % de celles qui résident dans la capitale.

Il arrive que ceux qui possèdent une résidence principale à Paris ressentent l'envie de la quitter après y avoir vécu plusieurs années. Le plus souvent, ils se tournent vers Bordeaux (7,04 %) et Lyon (6,23 %). Marseille et Nantes sont également plébiscitées (5,15 %). Les Parisiens optent pour ces villes en raison de leur dynamisme et de l'attractivité du marché du travail local. Par ailleurs, le mètre carré y coûte généralement moins cher. Outre les Parisiens, Bordeaux et Lyon attirent des Français issus d'autres villes de province.

Quels sont les différents profils d'acquéreurs ?

À Paris, l'achat d'un logement s'effectue en moyenne à 32 ans. 80 % des acquéreurs ne comptent encore aucun enfant à charge. Par ailleurs, 60 % des Parisiens se procurent un bien seuls. Leurs revenus mensuels se chiffrent en moyenne à 4 172 euros. Grâce à leur salaire plus élevé, ils peuvent fournir un apport plus conséquent (environ 44 500 euros) par rapport au reste de la France (en moyenne 24 500 euros).


En province, les habitants concrétisent généralement un projet immobilier à 35 ans. Dans 19 % des cas, ils ont un enfant. Quant à 31 %, ils comptent au moins deux enfants à charge. Concernant le salaire moyen des acquéreurs, il s'élève à 3 475 euros par mois. C'est 25 % moins important par rapport aux Parisiens. Par conséquent, l'achat immobilier avec un co-emprunteur est plus fréquent en dehors de Paris (53 % du temps).

Tout comme les acquéreurs de logement dans la capitale, ceux qui résident en province sont nombreux à emprunter pour concrétiser leur projet. Dans le détail, cette solution est choisie par 76 % des premiers et 83 % des seconds.