Dans le cadre de son plan de relance économique, le gouvernement souhaite accélérer la rénovation énergétique des bâtiments. À cet effet, il a prévu d’ajouter deux milliards d’euros à l’enveloppe affectée à la prime rénovation. Cette mesure permettra d’étendre le dispositif à l’ensemble des Français. Elle a été annoncée le 28 août dernier par la ministre du Logement, Emmanuelle Wargon.

Le 28 août 2020, Emmanuelle Wargon s'est rendue aux entretiens d'Inxauseta qui se sont tenus à Bunus (Pays basque). Durant son déplacement, la ministre chargée du Logement a annoncé deux objectifs, à savoir la justice sociale et la justice écologique en matière de logement. Elle a présenté plusieurs mesures pour les atteindre.

Par exemple, le dispositif MaPrimeRénov bénéficiera de deux milliards d'euros supplémentaires et tous les Français pourront y prétendre. Il s'agit d'une occasion à ne pas manquer, sachant que les travaux de rénovation permettent de réaliser d'importantes économies d'énergie. De plus, ils améliorent la sécurité d'un logement, ce qui se répercutera favorablement sur le contrat d'assurance habitation.


La lutte contre les passoires thermiques s'accélère

Emmanuelle Wargon a annoncé que dès le 1er janvier prochain, la nouvelle prime dédiée à la rénovation énergétique sera accessible sans plafond de ressources. Les ménages pourront recevoir 2 000 à 20 000 euros selon la ministre. Le montant de l'aide dépendra des revenus du demandeur et des travaux prévus.

Par ailleurs, Emmanuelle Wargon a tenu à féliciter les bailleurs sociaux pour les efforts qu'ils ont fournis en matière de rénovation énergétique. Toujours est-il qu'il est encore possible de trouver des passoires thermiques parmi les logements qu'ils proposent. Ainsi, la ministre a déclaré :

Je souhaite qu'on accélère ces programmes de travaux quitte à appuyer financièrement leur accélération pour sortir le plus vite possible des étiquettes les plus basses F et G, pour les logements sociaux.

Elle désire également que plus d'offres soient mises en place pour les logements sociaux, comme pour les logements sociaux comme pour les logements intermédiaires. Les détails de ces recommandations ont été divulgués le 3 septembre dernier, durant la présentation du programme de relance gouvernemental.

Des mesures qui s'appliquent au niveau local

D'autre part, Emmanuelle Wargon a incité les professionnels du bâtiment à préserver les espaces agricoles et naturels. Pour ce faire, ils devront construire sur des friches. Comme l'a expliqué la ministre :

Quand on construit, on peut construire en réhabilitant en centre-ville, et c'est ce qu'on encourage, ou construire sur des terrains sur lesquels il n'y a rien encore. Mon objectif c'est qu'on utilise d'abord les friches, des terrains qui ont été construits, qui sont sortis de leur état naturel et qui, souvent, sont un peu laissés à l'abandon.

Celle-ci a ajouté que les collectivités locales qui possèdent des projets de construction sur des friches pourront demander une aide si elles en ont besoin. Il sera notamment question d'un appui financier visant à réaliser la dépollution des terrains concernés.

Les collectivités bénéficieront également d'une aide financière destinée à la rénovation des bâtiments administratifs ainsi que des établissements scolaires et universitaires. Enfin, Emmanuelle Wargon désire rendre plus simples les démarches relatives à la demande de permis de construire.