Le centre-ville de Marseille fait désormais partie des endroits les plus convoités. En conséquence, le prix du mètre carré et les loyers augmentent. Pour trouver un logement, il faut être patient et parfois faire preuve d’inventivité. La Mairie s’intéresse de plus près à la situation, et compte instaurer un plan afin de maîtriser l’évolution du loyer.

Marseille était autrefois handicapée par sa mauvaise réputation. Mais la situation a évolué depuis. La ville attire aujourd'hui de plus en plus de personnes cherchant un lieu où résider. Un attrait qui ravit les propriétaires et les compagnies d'assurance habitation. Pour les locataires en revanche, l'accès au logement est compliqué.

Chacun a sa propre technique afin d'augmenter ses chances de trouver un appartement. Il faut savoir que les propriétaires ne sont pas toujours faciles à convaincre. Dans certains cas, les candidats n'ont pas d'autres choix que de payer plus cher pour pouvoir se loger. La Mairie compte bien intervenir en vue de réglementer le marché.


Une centaine de demandes refusées avant de trouver un appartement

La crise du logement semble gagner la deuxième ville de France, devenue une destination privilégiée. Ceci est confirmé par de nombreux locataires qui ont dû se montrer patients pour obtenir l'appartement qu'il leur faut.

Bon nombre d'entre eux soulignent avoir eu des difficultés, même avec un contrat en CDI. Et pourtant, ce critère constituait auparavant une garantie pour les propriétaires. Maintenant que les loyers ont augmenté, il est devenu difficile de gagner leur confiance.

Aussi, pour être accepté, il faut un dossier solide. À défaut, les locataires doivent faire preuve d'inventivité. Certains n'hésitent donc pas à apporter quelques modifications à leur fiche de paie.

La situation est d'autant plus difficile pour les étrangers, et les personnes dont le nom est à consonance étrangère. Certains ont envoyé une centaine de demandes pour une vingtaine de logements avant de pouvoir enfin s'installer. Mais pour y parvenir, il a fallu recourir au bouche-à-oreille ou solliciter un garant français. D'autres ont accepté un loyer supérieur au budget prévu.

Une politique d'encadrement des loyers pour Marseille

Dans un rapport publié en 2019, l'organisme SOS Racisme a déjà mis l'accent sur cette pratique discriminatoire existant dans l'immobilier. Menée en Île-de-France, l'étude révèle que les personnes au nom étranger ont deux fois moins de chance de visiter un logement.


Certains locataires font également l'objet d'un refus pour quelques euros qui manquent à leur salaire. Dans d'autres cas, l'offre n'est même plus d'actualité.

Par ailleurs, une augmentation du loyer est observée. Cela est dû à la forte attractivité de la ville. Une hausse de 2 % a ainsi été observée en un an, selon le Baromètre de LPI-SeLoger. Le loyer est donc passé à 729 euros par mois.

À cela s'ajoute une baisse des offres de logements vides. Elles ont chuté de 15 % sur la même période.

Pour éviter les répercussions de cette crise sur le prix des locations, la Mairie envisage d'adopter une loi d'encadrement des loyers. C'est ce qu'a laissé entendre l'adjoint au logement, Patrick Amico, début novembre. Marseille rejoint ainsi Lyon, Lille et Paris. En effet, en un an, le prix du mètre carré a déjà progressé de 9,3 %. Il est à 3 465 euros actuellement.