Le prix immobilier continue de progresser en France. Il augmente toutefois à une vitesse différente d’une ville à une autre, selon le baromètre publié par SeLoger. Angers, Reims et Rennes font partie de celles qui affichent une hausse plus remarquable en un an. En parallèle, dans certaines villes comme Paris, les propriétaires revoient leurs prix à la baisse.

La plateforme SeLoger a rendu public les résultats d'une étude portant sur les prix immobiliers en France. L'analyse s'est intéressée à la période qui court entre janvier et mars de 2021.

Les chiffres avancés montrent que le prix au mètre carré a augmenté dans la majorité des métropoles françaises vers la fin de cette période. L'évolution diffère cependant selon la région. Outre les villes mentionnées, Le Havre et Limoges affichent aussi une plus forte hausse comparée aux autres. De nombreuses explications se trouveraient à l'origine de ces progressions. À l'opposé avec prix réduits, on retrouve Perpignan, Villeurbanne ou encore Boulogne-Billancourt.

Une hausse dans les capitales régionales

Paris, Boulogne-Billancourt et Villeurbanne sont les villes où l'étude a relevé une baisse du prix du mètre carré en 2021. Il a chuté de 2,2 % à Paris comparé à celui du premier trimestre de 2020. Un recul de 2,1 % et 2,3 % ont été constatés respectivement à Boulogne-Billancourt et Villeurbanne.


La plateforme SeLoger, à l'origine du baromètre, avance deux explications à cette baisse. D'abord, parce que le prix de l'immobilier dans ces villes est déjà suffisamment élevé. Elle serait également due aux attitudes des acheteurs, qui auraient tendance à négocier.

La situation est toutefois différente dans les autres capitales régionales comme Nantes ou Lille. Le prix du mètre carré a connu une hausse dans les deux villes. Cette augmentation serait liée à leur essor économique, mais aussi parce qu'il s'agit de villes étudiantes.

Par ailleurs, Nantes et Lille seraient connus pour offrir un cadre de vie attrayant. Cela s'accompagne d'un coût de la vie modéré comparé à celui des métropoles comme Nice, Paris ou Aix-en-Provence.

Reste à savoir si l'évolution du prix immobilier a un impact sur celui de l'assurance habitation. En effet, après une acquisition, le propriétaire doit se préparer à assurer son bien. Le contrat le protègera des éventuels sinistres qui se produisent dans sa nouvelle maison.

Angers, ville la plus chère pour acheter un bien immobilier

Angers, Le Havre, Rennes et Reims sont les villes qui affichent la plus forte hausse selon la plateforme d'annonce immobilière SeLoger. Le prix du mètre carré a progressé de 17 % à Angers par rapport à celui du premier trimestre de 2020. Il a bondi de :

  • 16 % pour Le Havre ;
  • 13 % à Rennes ;
  • 10 % à Reims.

D'après la plateforme, cette hausse est due à la diminution du nombre d'offres disponibles sur le marché. Les propriétaires se préserveraient de vendre leurs biens dans un contexte marqué par la crise sanitaire. Les incertitudes favorisées par la situation économique représenteraient un frein, indique Florent Guiocheau, responsable de data pour SeLoger.

Les offres étant peu nombreuses, le prix repart naturellement à la hausse. Cela dit, l'augmentation ne ferait pas reculer les acheteurs. Même dans les villes où le prix au mètre carré a diminué, le tarif moyen à la conclusion des ventes resterait élevé.

Pour la plateforme d'annonce immobilière, c'est la preuve que les acheteurs paient toujours le prix demandé même s'il est élevé. Surtout s'il s'agit de logement de qualité.