Le secteur santé et prévoyance collectives a été marqué par une altération des résultats techniques en 2020. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par le cabinet d’actuariat Optimind. Cependant, une dégradation plus importante est annoncée pour cette année. Les analystes évoquent notamment un effondrement entre 10 et 15 % pour les ratios sinistres à primes moyens.

Loin d'être une surprise, la crise sanitaire a frappé presque tous les domaines en 2020. Cela concerne entre autres l'Assurance Maladie et les régimes complémentaires comme la prévoyance entreprise. Par rapport à ces secteurs, un expert annonce une chute de 0-5 % sur les résultats techniques du risque santé.

En parallèle, différents événements jouent en défaveur des contrats du même nom, détériorant ainsi leur rentabilité. Il s'agit particulièrement des retombées de la taxe Covid et de l'effet 100 % santé. Selon les estimations, l'encaissement des cotisations pour l'année dernière a perdu entre 0 et 3 %. Néanmoins, le pire est annoncé en 2021 pour ces recouvrements.


En prévoyance, le ratio combiné chutera entre 10 et 15 %

Selon les analystes, les effets de la récession sur les ratios sinistres à primes moyens seront plus considérables. Au niveau de la prévoyance collective, ils observeront une décroissance évaluée entre 10 et 15 %. De nombreuses raisons expliquent cette baisse.

En premier lieu, il y a les conséquences de l'activité partielle sur le montant des cotisations versées. On peut aussi mentionner la répercussion de la crise économique sur celles-ci. À cela s'ajoute la hausse des salariés qui démissionnent. Enfin, la portabilité des couvertures prévoyance et santé couronne le tout.

Pour les employés en arrêt de travail, ce dernier est supporté par les actifs dans la limite d'une année. À ce propos, sa durée moyenne était de 3 mois avant la pandémie. Quant au coût, il s'élevait à 3 % de la valeur de la contribution. Par rapport à ces points, un expert craint actuellement leur accroissement. D'après ses déclarations :

Nous nous attendons à une montée du nombre de personnes couvertes par le dispositif de portabilité et de sa durée moyenne. Les cotisations des actifs risquent donc d'augmenter pour supporter le coût de la portabilité.?

La grille tarifaire évoluera toutefois modestement

Selon Chloé Parfait, senior manager actuarial & financial services du cabinet Optimind :

Les assureurs ont décidé de ne pas répercuter la totalité de la dégradation technique sur les tarifs de 2021.?

Elle ajoute que les modérations tarifaires demeurent raisonnables, sauf pour certains redressements des régimes en déficit.


Selon elle, l'objectif qu'ils poursuivent par cette décision est d'analyser les résultats :

  • En se focalisant davantage sur le long terme?;
  • Dans une nette différenciation entre les conséquences relatives à l'épidémie et les autres contingents.

À ce sujet, le remboursement des soins optiques, dentaires et les variantes reportables ont largement décru pendant la crise sanitaire. Estimée entre 60 et 70 %, cette diminution ne découle toutefois pas de l'unique fait du Covid-19. Pour Chloé Parfait, celle-ci a heurté des régimes prévoyance collective et santé aux équilibres techniques déjà délicats. Ce qui pousse le secteur vers une rentabilité de plus en plus difficile, voire impossible pour certaines branches y afférentes.