Pour contribuer à la réduction des émissions de CO2, le développement des voitures écologiques est indispensable, mais pas suffisant. C’est ce qu’indiquent des chercheurs américains. Dans le cadre de cette démarche, de nouveaux défis tels que l’augmentation de la consommation électrique et le recyclage des batteries voient aussi le jour. Explications.

Selon une étude menée par des chercheurs de l'Université de Toronto, il est nécessaire de renouveler le parc automobile américain d'ici 2050 pour atteindre les objectifs carbone. Il s'agira de mettre en service plus de 350 millions d'électriques, soit 90 % des voitures légères aux États-Unis, pour limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Les fournisseurs d'électricité et les compagnies d'assurance figureront parmi les premiers acteurs concernés par ces mesures. En effet, la mise à la route massive d'électriques engendrera une augmentation de la demande annuelle en électricité. Il est également indispensable de déterminer les indemnisations en cas d'accidents impliquant des voitures zéro émission.

Qu'implique le déploiement massif de voitures électriques ?

La mise en circulation de voitures électriques est nécessaire pour parvenir aux objectifs climatiques définis dans le cadre de l'Accord de Paris. Toutefois, il semble improbable que le taux de 90 % soit atteint en 2050 compte tenu des tendances actuelles. Au mieux, les analystes tablent sur 50 % de modèles zéro émission dans le parc automobile américain à cette échéance.

En effet, la proportion de voitures électriques en circulation aux États-Unis est actuellement de 0,3 %. Pour réduire l'écart, il faudra que les constructeurs automobiles accélèrent davantage l'électrification de leur catalogue. Toutefois, il en résultera de nouvelles tensions en matière d'approvisionnement en lithium et en autres métaux nécessaires à la fabrication des batteries.

D'autre part, les besoins en électricité augmenteront inévitablement. Comme l'ont annoncé les chercheurs de l'Université de Toronto :

Une augmentation annuelle d'électricité de 1 730 thérawatheures, soit environ 41 % de plus que les niveaux actuels.

Les solutions pour réduire les émissions de CO2

Le but étant de réduire de 19 gigatonnes les rejets de CO2, l'électrification des voitures légères, à elle seule, n'est pas suffisante pour atteindre les objectifs climatiques. Le chercheur Alexandre Milovanoff avance ainsi d'autres solutions telles que :

  • Diminuer l'usage des voitures individuelles par l'instauration de mesures dissuasives ;
  • Investir massivement dans les transports en commun pour les développer ;
  • Réaménager les villes pour permettre le recours aux moyens de déplacement non polluants (vélo, marche, etc.).

L'amélioration de la consommation des véhicules thermiques en imposant des normes strictes a aussi été recommandée. La réglementation pourra notamment porter sur le poids des voitures.

Il faut savoir que l'étude des chercheurs de l'Université de Toronto a été menée dans le nord des États-Unis. Pour expliquer ce choix, Alexandre Milovanoff précise que dans ce territoire, les habitants détiennent un certain nombre de véhicules lourds. Ils s'en servent pour effectuer toutes sortes de déplacements.