Il y a quelques semaines, Tesla avait décidé d’adopter le paiement par Bitcoin. Récemment, son PDG, Elon Musk a annoncé aux consommateurs que le projet est finalement mis à l’arrêt. Si l’homme d’affaires évoque une logique environnementale pour expliquer ce changement de position, ses détracteurs ont mis d'autres raisons en avant.

Vers fin mars, la valeur de la cryptomonnaie a fortement augmenté après une déclaration d'Elon Musk, le fondateur de Tesla. En effet, l'homme d'affaires promettait qu'aux États-Unis, les clients de la marque pouvaient désormais acheter une voiture avec le Bitcoin. Le 13 mai dernier, l'entreprise est revenue sur sa décision, entraînant ainsi une importante dévaluation de la monnaie virtuelle. Quelques heures après l'annonce du milliardaire, le cours est descendu à 47 000 dollars. Avant, il a déjà chuté de 5 000 dollars à 52 000 dollars.

Ce revirement s'explique sous un point de vue environnemental. Selon Elon Musk, les ambitions de sa marque et le Bitcoin ne vont pas de pair.


Une décision motivée par la conscience écologique

Sur Twitter, le président de la marque Tesla a précisé :

Nous sommes préoccupés par l'utilisation croissante de combustibles fossiles pour le “minage” et les transactions de bitcoins, en particulier le charbon.

Une sortie qui fait débat auprès de nombreux observateurs. Plusieurs sites spécialisés en monnaies immatérielles défendent à ce titre le minage et le réseau Bitcoin. Selon eux, seuls 30 % de l'énergie déployée dans les deux secteurs proviennent de combustibles fossiles. Une valeur qui doit être prise avec précaution, soulignent d'autres. À ce propos, une étude prévient toutes les parties prenantes sur la situation en Chine. Cela a été publiée début avril dans le magazine Nature. D'ici trois ans, les mines locales de Bitcoins émettront 130,50 millions de tonnes de CO2 si aucun changement n'est apporté. Soit autant que le volume de gaz à effet de serre produit par l'Arabie Saoudite ou l'Italie en une année. À noter que l'Empire du Milieu domine avec assurance 80 % du marché mondial de cryptomonnaies.

De nombreuses questions sur la vraie raison du revirement

Cependant, nombreux sont ceux qui doutent de la véritable cause de la marche arrière. Pour certains, le patron de Tesla devait déjà connaître l'aspect énergivore du Bitcoin. En effet, une étude aurait dû être réalisée préalablement au projet initial. C'est ainsi qu'est née l'hypothèse d'une pression de la part de Washington. D'après les explications, le gouvernement n'apprécierait pas que la société approuve ce moyen de paiement non soumis au système bancaire classique. Pour information, il a déjà alloué une importante aide à la firme de Palo Alto.

En outre, certains détracteurs pensent également qu'Elon Musk manipule le marché des cryptomonnaies. Dans ce cas, la SEC, régulateur de la Bourse aux États-Unis ne peut pas changer les choses. À la différence des titres boursiers, les monnaies virtuelles n'ont pas la qualité d'actifs. Alors que le secteur s'avère en pleine croissance, le patron de Tesla pourra ainsi jouer sur le marché y afférent à sa guise.