Afin d’aider les automobilistes à la conduite et renforcer leur sécurité, les constructeurs multiplient les innovations. Le Salon de l’automobile de Tokyo a été l’occasion de découvrir les nouveaux régulateurs de vitesse, capables de s’adapter à la circulation en ville et d’anticiper les comportements des autres conducteurs.

Une nouvelle génération de régulateurs de vitesse pour la conduite en ville

Les régulateurs de vitesse sont présents sur les voitures depuis plusieurs années. Mais pour l’heure, ils servent essentiellement lors des trajets sur les autoroutes ou les voies rapides, en ajustant l’allure du véhicule qui en est équipé en fonction de celle de l’automobile qui le précède.

Depuis, les constructeurs ont amélioré le système en vue d’un usage en agglomération afin de réduire le nombre d’accidents et leur gravité.

Cette innovation a été dévoilée par BMW au Salon de l’automobile de Tokyo, qui s’est tenu du 24 octobre au 4 novembre dernier.


Concrètement, ces régulateurs de dernière génération tiendront également compte des intersections dans le calcul de la vitesse idéale. Ainsi, le conducteur n’a pas à toucher les pédales pour décélérer à l’approche du feu rouge ou pour repartir aussitôt que le feu repasse au vert, puisque le dispositif s’en charge automatiquement.

Des dispositifs s’adaptant au style de conduite et anticipant les comportements des autres

Au-delà du dosage de la vitesse, certains modèles de régulateurs sont en mesure d’anticiper le mouvement des autres usagers au volant. Ainsi, comme l’explique Honda, qui en a expliqué le principe, en cas de suspicion d’un rabattement brusque ou d’un dépassement par la droite, la voiture ralentit d’elle-même.

Pour mettre cette technologie au point, la firme japonaise a déclaré avoir analysé le style des chauffeurs européens.

Ce dispositif intelligent serait même capable de reconnaître les panneaux de signalisation et d’ajuster l’accélération ou le freinage en respectant les limitations. Le conducteur est dispensé de paramétrer une vitesse maximale et de la modifier si la réglementation impose une limite inférieure ou autorise une limite supérieure dans une zone spécifique.

Les recherches se poursuivent pour perfectionner ces régulateurs, rapprochant un peu plus les usagers de l’automobile autonome. Pour autant, si ces évolutions contribuent à une meilleure sécurité routière, elles ne suppriment pas l’obligation de souscrire une bonne assurance auto afin de bénéficier d’une prise en charge répondant à ses besoins ou d’indemniser les tiers en cas de sinistre responsable.