Après plus d’une année à faire face à la crise sanitaire et à subir ses conséquences, le monde de l’assurance opère doucement, mais surement, son retour à la normale. Pour une partie de la profession, les chiffres sont encore bien en deçà de leur niveau d’avant-crise (c’est-à-dire des résultats enregistrés en 2019), mais certaines activités semblent retrouver rapidement des couleurs.

Les voyages ont repris de plus belle

Outre l'hôtellerie, la restauration et le monde du spectacle, l'industrie du voyage fait indubitablement partie des secteurs les plus impactés par la crise sanitaire.

Mais au moment de la reprise et grâce à l'efficacité des campagnes de vaccination, la profession a connu un rebond assez spectaculaire, du moins à en croire les données publiées par le Syndicat national des sociétés d'assistance (SNSA).

Certes, les chiffres restent inférieurs à ceux enregistrés en 2019, c'est-à-dire de la période d'avant-covid, mais par rapport à 2020, la croissance affichée par l'assistance voyage est fortement encourageante.

En comparaison avec l'année dernière, l'activité a progressé de +39 %.


En toute logique, le marché de l'assurance voyage devrait connaître une évolution similaire, étant donné que les vols internationaux ont repris et que de nombreux pays imposent la souscription à cette assurance.

L'assurance habitation retrouve des couleurs, indépendamment de la pandémie

Autre reprise notable : celle de l'assurance habitation, sauf que cette fois, la relation de cause à effet avec la pandémie n'a pas été établie.

Le secteur affiche un dynamisme retrouvé, notamment en raison des catastrophes naturelles survenues dernièrement.

À cause des inondations à la frontière belge ou des incendies dans le Var entre autres, l'activité a enregistré une croissance de +19 % par rapport à la période d'avant-crise.

Preuve que la pandémie n'a pas (ou si peu) eu d'impact sur l'assurance habitation, la progression de l'activité comparée celle de l'année dernière n'était que de +5 %.

En ce qui concerne l'assistance automobile, là encore, la reprise s'est faite sur un rythme assez lent. Par rapport à 2019, l'activité était en repli de -4 %, malgré un rebond de +5 % comparé à 2020.