Dans quelques quartiers de Bayonne, des abris vélos sécurisés, au nombre de cinq, sont en construction. À terme, la mairie souhaite réduire le nombre de places de stationnement dédiées aux voitures dans le centre-ville et harmoniser la cohabitation de tous les usagers de la route (cyclistes, piétons et conducteurs).

Une infrastructure d'accueil indispensable

Construit en février 2020, le premier parc à vélo sécurisé de la place Charles de Gaulle à Bayonne, d'une capacité de 38 places, est occupé à plein temps.

Ainsi, la mairie a décidé d'élargir cette capacité en construisant cinq nouveaux parcs. Trois abris d'une capacité de 38 places chacun seront installés à Petit Bayonne, au quartier Saint-Esprit et à la zone du forum, tandis que deux autres d'une capacité de 12 vélos chacun verront le jour sur la place Montaut au Grand Bayonne et aux Hauts de Bayonne .

Loïc Corrégé, adjoint au maire de Bayonne en charge des déplacements, de la ville cyclable et du stationnement, explique que

Ces parcs sont destinés à accueillir les vélos des personnes qui viennent travailler quotidiennement en toute sécurité, pas comme sur un arceau dans d'autres endroits.

Des tarifs abordables assortis de services gratuits

Pour utiliser ces abris, les cyclistes doivent souscrire un abonnement trimestriel au tarif de 5 euros, ou annuel (15 euros) . Ce prix inclut l'accès à une pompe à vélo ainsi qu'à des bornes de recharge pour les vélos électriques. Il ne leur reste donc plus que de contracter une assurance vélo adaptée à leurs besoins.


La mairie de Bayonne souhaite par cette initiative réduire le nombre de places de stationnement dédiées aux voitures dans le centre-ville et à terme, limiter le trafic automobile.

Aujourd'hui, 75 % des trajets sont effectués en voiture. Notre but est de faire passer ce pourcentage à 45 %,

Explique le maire adjoint.

Les objectifs sont à visée écologique et de santé publique. Le développement des pistes cyclables figure également parmi les priorités de la mairie. Les avenues Duvergnier de Hauranne et du Prissé devraient bientôt en être dotées.

Dominique Harriague, co-président de l'association de défense des cyclistes et piétons « Allons à Vélo, Allons à Pied », se dit inquiet de la sécurité des usagers sur ces pistes cyclables. Il estime en effet que

Ces nouvelles pistes ne sont pas adaptées aux piétons, vu qu'elles sont comprises entre la chaussée et le trottoir. La cohabitation entre les piétons et les cyclistes reste encore très peu sécurisée dans ces conditions.