En raison de la pandémie de coronavirus, les ventes de véhicules neufs sur le Vieux Continent ont fortement chuté en avril dernier. Le nombre d’immatriculations sur cette période s’est établi à 270 682 unités pour l’Union européenne. Si tous les pays membres ont enregistré un repli à deux chiffres, la France figure parmi les plus affectés par la crise sanitaire.

Pour limiter la propagation du coronavirus, de nombreux pays européens ont instauré des mesures de confinement, entraînant l'effondrement du marché automobile. En avril 2020, les immatriculations de véhicules particuliers neufs dans l'UE ont régressé de 76,3 % par rapport au même mois l'an dernier (1,14 million de modèles mis en circulation). Qu'en a-t-il été de la consultation de comparateur assurance auto ?

Selon l'ACEA (Association des constructeurs européens d'automoxbiles), il s'agit de la baisse de demande la plus importante à laquelle les fabricants n'aient jamais été confrontés. Ces derniers ne pourront pas rattraper ce retard même si les ventes reprennent fortement avec le déconfinement d'après les spécialistes du secteur.

Des prévisions peu réjouissantes pour l'année 2020

Après avoir baissé de 55,1 % en mars 2020 à cause de la pandémie de Covid-19, les ventes de voitures neuves dans l'UE ont poursuivi leur chute fulgurante en avril. Sur les quatre premiers mois de l'année, le marché automobile européen s'est replié de 38,5 %.


Depuis début mai, les constructeurs ont repris progressivement la production dans leurs usines. De leur côté, les concessionnaires ont rouvert. Les spécialistes tablent toutefois sur un redémarrage lent étant donné que les consommateurs ne risquent pas d'acheter une nouvelle voiture de sitôt. D'après leurs estimations, les ventes automobiles sont susceptibles de diminuer de 30 % en France cette année. À l'échelle européenne, le recul devrait s'établir à 20 %.

Les fabricants étaient déjà obligés d'allouer un énorme budget au développement de véhicules propres et de modèles connectés. Désormais, ils doivent aussi composer avec la crise sanitaire.

Quels pays ont été les plus touchés en avril ?

Les pires résultats ont été attribués à l'Italie et à l'Espagne, qui ont affiché une baisse des immatriculations respective de 97,6 % et de 96,5 %. N'ayant enregistré que 20 997 immatriculations, l'Hexagone est arrivé en troisième position. Concrètement, le pays a fait état d'une chute de 88,8 %.

Le groupe français Renault a notamment subi une régression de 79 %. Toutes ses marques ont été impactées par la crise sanitaire. Par exemple, les ventes de Dacia ont décru de 90,2 %, contre 96,9 % pour Alpine. Du côté de PSA, la baisse a atteint 81,2 %. Dans le détail, Opel a enregistré un repli de 86,2 %, Peugeot 84,8 %, Citroën 83,9 % et DS 77,7 %.

Parmi les principaux marchés européens, seule l'Allemagne est parvenue à contenir relativement son recul. Le pays a tout de même vu ses ventes automobiles s'amenuiser de 61,1 %.