Parmi les produits d’épargne favoris des Français figurent le Livret A et l’assurance-vie. Cependant, le contexte actuel marqué par la crise sanitaire fait que les épargnants jouent la prudence, d’où une baisse des cotisations au niveau du second placement. Pour le Livret A, l’heure est à l’accroissement des dépôts, en dépit de la faiblesse de la rémunération y afférente.

En temps normal, le mois d'août est consacré aux vacances d'été, ce qui n'incite pas forcément à l'épargne. Cette année, une hausse des versements sur le Livret A a toutefois été constatée durant cette période. L'assurance vie, en revanche, a fait état d'une décollecte, bien que moins importante par rapport aux mois précédents.

Le Livret A est-il sur le point de devenir un placement incontournable ? Il faut savoir que les Français comptent sur leur épargne de précaution pour faire face aux éventuels soucis financiers. Dans ce contexte, l'épargne la plus convoitée dans l'Hexagone risque d'être reléguée au second plan.

Les produits d'épargne à long terme font l'objet d'une collecte négative

D'après la Fédération française de l'assurance (FFA), qui représente les professionnels du secteur, la décollecte de l'assurance-vie s'établit à 8,4 milliards d'euros depuis mars 2020. Cette période coïncide avec l'annonce de la situation d'urgence sanitaire par les autorités. En août dernier, les prestations versées ont totalisé 8,1 milliards d'euros, contre 8 milliards d'euros pour les cotisations. Il en résulte ainsi une collecte nette négative de 0,1 milliard. Ainsi, l'épargne préférée des Français a subi une décollecte pour le sixième mois d'affilée.


Cette situation n'est pas très différente de celle qui a été observée au cours des années passées. Le Cercle de l'Épargne, un centre d'études sur l'épargne, la prévoyance et la retraite, table sur des chiffres quasi nuls pour les prochains mois. En effet, la crise de coronavirus reste toujours d'actualité.

Les Français privilégient les placements sûrs dans un contexte de crise sanitaire

Avec l'incertitude qui règne face à la crise sanitaire et la menace d'une deuxième vague de contaminations, les épargnants se désintéressent des placements à long terme. Les comportements qu'ils affichent depuis la sortie de confinement montrent qu'ils tiennent à la sécurité de leur épargne. Or, l'assurance-vie est réservée à ceux qui souhaitent réaliser des placements importants sur le moyen et le long terme.

À l'inverse, le Livret A, qui se caractérise par sa liquidité et sa flexibilité, connaît un véritable succès, malgré un taux d'intérêt particulièrement bas (0,5 % par an). C'est ce que révèlent les données recensées sur les huit premiers mois de l'année 2020, la collecte nette correspondant à 24,5 milliards d'euros. En août dernier, l'argent placé sur ce support s'est chiffré à 2,25 milliards d'euros, selon la Caisse des dépôts. C'est 30 % de plus qu'en 2019.