La majorité des élèves ont l’habitude de prendre leur déjeuner à la cantine de leur établissement scolaire. Or, la facturation des repas augmentera encore à partir de la prochaine rentrée. Une nouvelle qui est accueillie avec une certaine inquiétude par les parents. Beaucoup d’entre eux risquent d’abandonner cette option.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie et le conflit armé qui s'en est suivi ont causé une augmentation des prix de l'énergie. Cette hausse continue jusqu'à présent de se répercuter sur l'économie mondiale, causant une inflation générale. Elle touche ainsi divers secteurs, dont celui des denrées alimentaires.

Compte tenu de la conjecture, les ménages avec enfants s'attendent à réaliser plus de dépenses que les années précédentes lors de la préparation de la rentrée scolaire. Comme le prévoit l'association des maires de France, le prix des repas dans les cantines augmentera. Une situation qui génère de nombreuses interrogations chez des parents inquiets.

Une inflation qui touche le secteur alimentaire

L'institut de la statistique a révélé ses dernières conclusions concernant les prix des produits destinés à la consommation. Au moins de juin, la hausse était de 5,8 % sur un an. En juillet, elle atteignait les 6,1 %. Cette augmentation touche particulièrement le secteur de l'alimentation, y compris dans les établissements scolaires. Plusieurs sociétés de restauration, comme Sodexo, ont proposé une augmentation entre 5 et 10 % des prix des repas. Un tarif qui sera valable dès la prochaine rentrée. Outre ces dépenses, les parents doivent pourtant prévoir encore l' assurance scolaire .

Si la demande des sociétés de restauration aboutit, le montant de l'augmentation devra être supporté par les parents d'élèves ou bien prélevé dans les caisses publiques. Notons qu'aujourd'hui, certaines communes parviennent encore à garder un prix bas, mais d'autres présentent déjà de nouveaux tarifs aux parents.

Des mesures s'imposent pour remédier à la situation

Un prix trop élevé peut engendrer une diminution de la clientèle. De nombreuses pistes de solution sont envisagées. L'une d'entre elles consiste à revoir la composition des repas, tout en tenant compte des règles d'hygiène.

De leur côté, les élus locaux tentent également de trouver des solutions adaptées. L'augmentation des prix est applicable dans la moitié des communes françaises. Elles sont nombreuses à réagir pour éviter que les cantines deviennent trop chères pour le budget des ménages, en décidant de payer les excédents en puisant dans leurs budgets.

Les mairies ont le choix entre diminuer certaines dépenses et augmenter les recettes fiscales. À titre d'exemple, le maire de Saint-Dié-des-Vosges envisage de faire des économies dans le budget réservé au chauffage. Si beaucoup de mairies tentent de garder les prix à l'état, celle d'Avignon prévoit d'accomplir l'exploit de diminuer les tarifs des cantines. C'est la seule commune qui se lance actuellement un tel défi.