Récemment, le ministre des Transports Clément Beaune a été invité sur le plateau de l’émission Grand Jury RTL. Il a déclaré avoir adressé une demande à la SNCF pour la création d’un bouclier tarifaire. Le but est d’instituer des prix en-dessous de l’inflation au niveau des billets de train.

Le Ministre délégué chargé des Transports français a fait une déclaration percutante au cours de l'émission Le Grand Jury RTL. Selon ses dires, il a appelé la SNCF à l'institution d'un bouclier tarifaire concernant le prix des billets. Il a demandé à ce que l'augmentation des tarifs ne dépasse pas l'inflation. Cet équilibrage des tarifs a pour ambition de protéger les plus modestes, comme les jeunes qui se servent du Ouigo. L'idée est de défendre les personnes qui utilisent le train au quotidien. Toutefois, Bercy a déjà refusé de créer un chèque de transport pour les utilisateurs défavorisés. La SNCF est maintenant contrainte de trouver une issue à cette problématique.


Hausse des prix du péage envisagée

Clément Beaune a fait part de la hausse des prix qui devrait arriver sur les autoroutes. Il souligne que l'augmentation sera en-dessous de l'inflation grandissante actuelle. Toujours d'après le ministre des Transports, le taux de la montée des tarifs n'atteindra pas 7 à 8 %. Il est impossible d'établir une telle augmentation. Cependant, c'est la hausse la plus considérable observée jusqu'ici. La raison est évidente, l'inflation est montée en flèche en 2022 . Proportionnellement, les prix des péages rencontreront un taux de majoration entre 2 et 8 %. Par rapport à ce problème, des négociations se passent actuellement entre l'État et les sociétés exploitant les autoroutes. La hausse ne devrait pas dépasser la barre des 8 %. Cela paraît inconcevable pour les conducteurs qui paient déjà une assurance voyage à part le tarif du péage.

La facture électrique gonfle à la SNCF

Jean-Pierre Farandou, dirigeant de la SNCF, a également fait une annonce au mois de septembre. Il informait le Sénat que la facture d'électricité de SNCF Voyageurs atteindrait les 1,7 milliard l'année prochaine. À titre de rappel, la SNCF dépense près de 2 % de la consommation électrique nationale. Cette information coïncide justement avec la récente communication du ministre Clément Beaune. Si le coût du billet est fixé en fonction de cette flambée, les tarifs augmenteront de 10 %. Le ministre chargé des Transports tenait à rassurer les clients. La compagnie ferroviaire ne laissera pas peser 100 % des charges sur les utilisateurs. La révision des prix est toujours un sujet délicat au sein de la direction de la SNCF. Elle se retrouve régulièrement pointée du doigt à cause des coûts trop chers selon les voyageurs. Pourtant, la société propose déjà aux consommateurs des tarifs diversifiés.