La pandémie a grandement impacté le secteur du voyage en 2020. Pour cette année, les acteurs du tourisme essaient de repenser notre façon de voyager et de trouver ainsi des solutions innovantes pour éviter l’arrêt total des déplacements. La reprise devrait être progressive en 2021 notamment avec l’arrivée des vaccins. L’idée est de relancer les voyages internationaux et d’éviter les mesures de quarantaine.

Le passeport sanitaire

Selon Didier Arino, directeur général associé de Protourisme,

Une relance en toute sécurité de l'activité dépend des garanties qui redonneraient confiance aux voyageurs.

Le passeport sanitaire figure parmi les solutions avancées par certains pays et les compagnies de transport aérien.

François Bayrou, le président du Modem, fait partie de ceux qui sont favorables à la mise en place de ce dispositif qui permettrait de retrouver une vie normale.

Il ressemble au « passeport vert » qui sera bientôt en vigueur en Israël et qui permet à son détenteur d'être dispensé de tests de dépistage avant de voyager à l'étranger.


Mais Paul Chiambaretto, professeur à Montpellier Business School et spécialiste du transport aérien, soulève la question de la difficulté pour les compagnies aériennes à imposer cette mesure.

Un « laissez-passer » numérique pour IATA

L'Association internationale de transport aérien (IATA) qui réunit 240 compagnies aériennes dans le monde, a conçu le « Travel pass ». Ce « laissez-passer » sanitaire digital devrait aider à la reprise des vols internationaux dans de nombreux pays.

Une plateforme numérique a été conçue pour gérer et vérifier le flux fiable des renseignements nécessaires sur les tests et vaccins entre les pays, les voyageurs, les compagnies aériennes et les laboratoires d'analyse.

Selon Paul Chiambaretto,

Cette initiative favorisera une traçabilité des mouvements des passagers, mais elle pourrait se heurter au refus de certaines compagnies.

Pour la suppression des mesures de quarantaine

Autre innovation, les vols « Covid-free ». Pour chaque vol, les entreprises de transport aérien doivent s'assurer qu'aucun des passagers n'est porteur du virus. Pour ce faire, les voyageurs suivront une procédure stricte et contraignante avant de pouvoir embarquer dans l'avion.

À titre d'exemple, pour les vols Atlanta-Amsterdam de KLM, les voyageurs doivent se soumettre à trois tests pour un vol :

  •  un test PCR cinq jours avant le départ ;
  •  un antigénique avant l'embarquement à Atlanta ;
  •  un nouveau test PCR à l'arrivée à Amsterdam.

Ces précautions sont nécessaires pour qu'ils n'aient pas à subir de quarantaine après le voyage.


Création de zones de libre circulation

La mise en place de « bulles de voyage » représente aussi une solution pour que les ressortissants de deux pays, dont la situation sanitaire est similaire, puissent circuler librement.

La création de la première zone de libre circulation a été initiée par l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie où les citoyens peuvent se déplacer sans contrainte. Depuis, d'autres pays dans le monde vont suivre le mouvement, à l'instar de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande.

Quoi qu'il en soit, peu importe les mesures qui devront être appliquées pour leur sécurité, la souscription d'une assurance voyage adaptée, et prenant en charge les risques covid, est recommandée pour tous les voyageurs.